Leptospirose chez le chien



Points importants

  • La leptospirose est une maladie infectieuse grave touchant préférentiellement le chien mais transmissible à l’Homme.
  • Les chiens vivant en milieu rural (chiens de chasse notamment) ou dans un environnement humide sont plus à risque de développer une leptospirose.
  • Les signes cliniques sont variés mais les formes les plus graves sont liées à une atteinte des reins et du foie qui peut être rapidement fatale.
  • Le diagnostic de la leptospirose est fait par sérologie au moins 1 semaine après l’infection ou par PCR réalisée sur le sang ou les urines.
  • Le traitement doit être d’emblée intensif (hospitalisation, antibiotiques intra-veineux, voire dialyse), même s’il n’empêche pas un taux de mortalité élevé.

Qu’est ce la leptospirose chez le chien ?

La leptospirose chez le chien est une maladie courante et grave due à une bactérie nommée Leptospira interrogans (ou leptospire). Elle atteint principalement les chiens, et peut se transmettre à l’homme (on parle de zoonose).

Les rongeurs (ex : rats) ou d’autres petits mammifères (ex : hérissons) peuvent être porteurs de cette bactérie sans être malades et la libérer dans leurs urines. La bactérie se rencontre alors dans les eaux stagnantes et le sol. Le chien s’infecte par voie orale lorsqu’il boit et à travers la peau lorsqu’il se baigne.

Les leptospires peuvent survivre plusieurs mois dans l’environnement extérieur lorsque les conditions sont favorables (environnement chaud et humide). C’est pourquoi les chiens de chasse ou les chiens vivant en milieu rural sont plus à risque et l’incidence de la maladie est plus élevée à la fin de l’été et à l’automne.

Leptospirose chez le chien
Bactérie responsable de la leptospirose (d’après Koutavaki.gr)
Leptospirose chez le chien
Ictère (ou jaunisse) visible au niveau de l’oeil (sclère) d’un chien présentant une leptospirose

Quand suspecter une leptospirose chez le chien ?

Une fois ingérées, les leptospires entrent dans le sang et s’y multiplient rapidement. Elles peuvent alors rejoindre plusieurs organes, dont les reins, le foie et la rate et plus rarement le système nerveux, les yeux, et le tractus génital. La période d’incubation est d’environ 7 jours.

La maladie peut alors se présenter sous plusieurs formes :

  • une forme suraiguë, le plus souvent rapidement fatale. La mort survient en 48 heures avec peu de signes cliniques, ou après une phase d’hypothermie et de coma.
  • une forme ictéro-hémorragique peut survenir lorsque le foie et les reins sont les principaux organes atteints. Le chien est fatigué, anorexique, et présente une fièvre (39,5-40°C ou plus), une diarrhée sanguinolente, un ictère, des troubles de la coagulation sanguine et une insuffisance rénale aiguë. En l’absence de soins intensifs, la mort peut survenir en 3 à 6 jours.
  • une insuffisance rénale aiguë peut survenir lorsque les reins sont atteints en priorité. Le chien boit et urine beaucoup dans un premier temps, puis cesse d’uriner après quelques jours. En l’absence de soins intensifs, la mort survient dans les 15 jours.
  • une gastro-entérite hémorragique qui se traduit par des vomissements avec du sang ainsi que du méléna.
  • d’autres formes plus rares où le chien présente une uvéite, des signes nerveux, des difficultés respiratoires,…

 


Diagnostic de la leptospirose chez le chien

Différents paramètres sanguins doivent être vérifiés lorsqu’une leptospirose est suspectée.

  • Une numération formule sanguine peut révéler un baisse du nombre de plaquettes expliquant les problèmes de la coagulation, ainsi qu’une augmentation du nombre de globules blancs.
  • Un examen biochimique permet de détecter une atteinte du foie et/ou des reins.
  • Une échographie abdominale peut aider à identifier les organes atteints et vérifier l’absence d’autres anomalies pouvant être à l’origine des signes observés.

Le diagnostic final peut être fait en mesurant le taux d’anticorps (sérologie) contre la bactérie leptospire dans le sang. Ce taux peut cependant mettre 1 à 2 semaines après la contamination avant de monter, ce qui peut retarder le diagnostic final. Etant donnée la gravité de la leptospirose si elle n’est pas traitée rapidement et intensivement, il n’est pas recommandé d’initier le traitement avant d’avoir le diagnostic de certitude.

On peut aussi rechercher les leptospires dans le sang ou les urines (par méthode PCR) sur des chiens n’ayant pas encore reçu d’antibiotiques.

Leptospirose chez le chien
Leptospirose chez le chien : la radio du thorax montre de très nombreuses lésions dues à des hémorragies pulmonaires secondaires
Leptospirose chez le chien
Leptospirose chez le chien, mise en place d’un drain de dialyse péritonéale dans l’abdomen

Traitement de la leptospirose chez le chien

Dans la grande majorité des cas, une hospitalisation de plusieurs jours pour mise sous perfusion et antibiotiques intra-veineux est nécessaire. Si le chien est en insuffisance rénale aiguë et n’urine plus au moment de son admission ou au cours de l’hospitalisation, d’autres traitements pouvant aller jusqu’à la dialyse péritonéale peuvent être instaurés (photo 3).

Chez le chien, la leptospirose peut être traitée efficacement si le traitement est initié tôt. Malheureusement, un fort taux de mortalité est observé malgré les soins intensifs réalisés. Si le chien survit, il peut garder des séquelles rénales ou hépatiques plus ou moins graves.

 


Prévention de la leptospirose chez le chien

La meilleure prévention contre la Leptospirose est la vaccination. Le vaccin permet à l’animal d’être protégé contre les deux variétés (sérogroupes) de leptospires les plus fréquentes qui atteignent le chien. La vaccination ne prévient cependant pas à 100% le risque d’infection, et d’autres variétés émergentes peuvent notamment infecter un chien correctement vacciné.

La primo-vaccination se fait en deux injections à 3 ou 4 semaines d’intervalle chez les chiots de plus de trois mois.

Le rappel est annuel, voire tous les 6 mois chez les animaux à risque (chiens de chasse, chiens vivant dans des zones humides).

La leptospirose peut être transmise du chien à l’homme par un contact avec des urines infectées. Il faut donc prendre des précautions d’hygiène en présence d’un chien atteint de leptospirose (gants, désinfection des surfaces avec de l’eau de Javel, éviter le contact avec les urines, éviter le contact avec le chien pour des personnes immunodéprimées ou de jeunes enfants,…).

Plus d'infos

Pour toutes informations supplémentaires ou pour contacter un vétérinaire spécialiste

Nous contacter

Références

Ettinger SJ et Feldmann EC (2010). Leptospirosis. In : Textbook of veterinary internal medicine, Seventh edition (Ettinger SJ et Feldmann EC), Saunders-Elsevier, St. Louis, 863-868.

Greene CE (2012). Leptospirosis. In : Infectious diseases of the dog and cat, Fourth edition (Ettinger SJ et Feldmann EC), Saunders-Elsevier, St. Louis, 431-446.

Glossaire