IPE chez le chien

Une insuffisance pancréatique exocrine (IPE) chez le chien est une maladie digestive est la conséquence d’une production insuffisante d’enzymes digestives par le pancréas. Ces enzymes sont normalement impliquées dans la digestion des graisses, des protéines et des glucides. Lors d’IPE, d’autres perturbations (sécrétion de bicarbonates, de facteur intrinsèque et de substances bactériostatiques) sont également présentes et contribuent à l’apparition des signes cliniques.

Le déficit enzymatique induit des troubles de malabsorption : les molécules d’origine alimentaire ne sont plus fractionnées par le processus de digestion et ne peuvent plus être absorbées par la paroi intestinale. Elles restent dans le tube digestif. Une multiplication anormale de bactéries et un défaut d’absorption de la vitamine B12 aggravent le dysfonctionnement digestif.

Cette affection est le plus souvent la conséquence d’une atrophie de certaines cellules pancréatiques et plus rarement d’une pancréatite chronique ou d’une tumeur du pancréas.

Chez le chien, la cause la plus fréquente d’IPE est l’atrophie acineuse pancréatique.

Points Importants

  • L’insuffisance pancréatique exocrine est une maladie digestive du chien due à un défaut de sécrétions d’enzymes d’origine pancréatique
  • Il existe plusieurs causes possibles : atrophie de certaines cellules du pancréas, pancréatite chronique, tumeur du pancréas
  • Les symptômes les plus fréquents sont : perte de poids, diarrhée ou selles décolorées ou en « bouse », …
  • Divers examens sont nécessaires pour obtenir un diagnostic de certitude et ne pas confondre cette affection avec d’autres maladies digestives
  • Le traitement fait appel à un apport en extraits pancréatiques et selon les cas à une antibiothérapie et des anti-acides

Quels sont les symptômes, comment faire le diagnostic d’une insuffisance pancréatique exocrine (IPE) chez le chien?

Les jeunes chiens sont préférentiellement atteints. La perte de poids associée à un appétit normal ou augmenté est une observation très fréquente. La polyphagie (appétit très augmenté) est parfois extrêmement importante. La prise de boisson (polydipsie) peut être augmentée pour compenser les pertes en eau.

La diarrhée est le motif de consultation le plus fréquent mais elle peut intervenir après l’amaigrissement. L’intensité de la diarrhée et la consistance des selles sont très variables. Certains propriétaires rapportent des selles très volumineuses mais quasiment formées alors que d’autres signalent une fluctuation entre des épisodes de selles liquides et des épisodes de selles bouseuses. Les selles sont souvent de couleur pâle.

Maladies du pancréas du chien : selles décolorées et en «bouse » chez un chien avec une insuffisance pancréatique exocrine (IPE)

La stéatorrhée est parfois suffisamment importante pour que des selles huileuses soient visibles.

La présence de borborygmes et flatulences est fréquente. De la coprophagie (appétit pour ses propres selles) est parfois rapportée et est attribuée aux carences et au caractère appétant des selles contenant des graisses non digérées.

L’examen sanguin est essentiel pour éliminer d’autres maladies pouvant donner un tableau clinique comparable, tout comme l’examen des selles avec recherche d’éléments non digérés (grains d’amidon, globules graisseux, fibres musculaires). On parle de maldigestion. Mais attention, certaines entéropathies peuvent également entraîner une maldigestion sans être pour autant associées à une IPE.

Le diagnostic d’insuffisance pancréatique exocrine doit obligatoirement être confirmé par des examens plus spécifiques comme la mesure du TLI.

Traitement d’une insuffisance pancréatique exocrine (IPE) chez le chien

Le traitement de l’insuffisance pancréatique exocrine du chien fait appel à l’administration d’extraits pancréatiques lors de chaque repas. Le phénomène de prolifération bactérienne est quasi-systématiquement présent lors d’IPE ce qui nécessite souvent de recourir à l’utilisation concomitante de certains antibiotiques.

L’administration d’anti-acides est souvent préconisée car il est reconnu qu’une partie des enzymes de supplémentation sont détruites par l’acidité gastrique.

L’hypovitaminose B12 peut être corrigée par des injections hebdomadaires pendant 8 semaines.

Les idées reçues véhiculent la nécessité d’une alimentation pauvre en lipides. Or bon nombre d’études montrent que le pronostic de rémission clinique n’est pas amélioré par ce type d’aliments. Une étude récente montre que les symptômes sont mieux contrôlés en conservant le même type d’aliment que le chien avait au moment du diagnostic.  En l’état actuel de nos connaissances, le maintien d’un aliment d’entretien est préconisé. En cas de difficulté de stabilisation, une alimentation utilisant des protéines hydrolysées peut aider.

L’absence d’amélioration avec un traitement adapté doit amener à reconsidérer le diagnostic (le diagnostic est-il certain ?) et à envisager la présence concomitante d’une Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin (MICI) nécessitant un traitement immunodépresseur.

Y a-t-il des races prédisposées ?

Certaines races présentent une prédisposition comme : Berger allemand, Cavalier King Charles spaniel, …

 

AUTEUR

DR LE BOEDEC, Spécialiste en médecine interne

RÉFÉRENCES

Gastro-entérologie clinique du chien et du chat. Chap 14. Ed. Masson

Retour
Contactez-nous

Informations pratiques

Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis

Retour
  • Lun
    9h00 à 19h00
  • Mar
    9h00 à 19h00
  • Merc
    9h00 à 19h00
  • Jeu
    9h00 à 19h00
  • Vend
    9h00 à 19h00
  • Sam
    9h00 à 19h00
  • Dim
    Urgences seulement

Détails d'urgence

Veuillez appeler :

01 49 85 83 00
Retour

Adresse de la clinique

43, avenue Aristide Briand 94110 Arcueil
retrouvez-nous sur Google Maps
Retour

Veuillez appeler ce numéro en cas d'urgence :

01 49 85 83 00