Radiographie vétérinaire chez le chien et le chat



Points importants

  • La radiographie est un examen d’imagerie rapide, disponible (le plus répandu) et peu onéreux
  • Une radiographie est un examen d’imagerie utilisant les rayons X
  • Son utilisation actuelle est essentiellement pour le thorax et l’os (colonne et membres). L’abdomen et le crane sont des régions de moins en moins radiographiée, car l’échographie pour l’abdomen et les techniques en coupe (TDM et IRM) pour le crâne viennent supplanter la radiographie.

Qu’est ce qu’une radiographie vétérinaire ?

La radiographie vétérinaire est  une technique d’imagerie médicale utilisant les rayons X pour obtenir une image du corps de l’animal. L’appareil de radiographie est composé d’un tube radiogène qui contient une cathode et une anode.
La cathode est un filament qui libère de l’énergie lorsqu’il est traversé par un courant électrique, un peu comme une ampoule. L’énergie de la cathode est libérée sous forme d’électrons. L’anode, située à l’extrémité opposée du tube radiogène, est un disque constitué d’un matériau qui attire les électrons, le tungstène.
Lorsque les électrons libérés par la cathode entrent en contact avec le tungstène, ils libèrent de l’énergie sous forme de photons. Ces photons de haute énergie sont focalisés pour créer un faisceau de rayons X. Les rayons X sont absorbés, diffusés ou transmis. Les rayons X traversant le corps sont utilisés pour former l’image radiographique.
En fonction des structures traversées, l’image aura une densité différente. Les zones traversées par les rayons X deviennent noires, tandis que les zones où les rayons X ont été absorbés (par les os ou le métal) apparaissent blanches. Les différentes densités sont le métal (blanc), l’os (blanc), les tissus mous (gris clair), la graisse (gris foncé) et l’air (noir) en allant du plus atténuant au moins atténuant du faisceau de rayons X. Le support radiographique est soit un film argentique classique soit un support numérique placé derrière le corps du patient. Actuellement deux formats de visualisation de l’image radiographique co-existent : le traditionnel film radiographique argentique et plus récemment un écran d’ordinateur pour la radiographie numérique. Cette dernière permet de visualiser l’image, de la modifier (ex : contraste et densité), de stocker, de la re-visualiser, de l’envoyer …
Radiographie vétérinaire
Abcès dentaire chez un chien
Radiographie vétérinaire
Tumeur pulmonaire chez un chat

Comment se réalise une radiographie vétérinaire ?

La plupart des examens radiographiques se font sur animal vigil. Certains examens complexes, nécessitant un positionnement précis ou des examens avec produit de contraste peuvent nécessiter une sédation ou une anesthésie générale.

En règle générale deux projections orthogonales sont effectuées (ex : face et profil). Un examen dure entre 10 min et 30 minutes.

L’emploi de produit de contraste est fréquent, ex : marquage oesophagien, marquage de l’appareil urinaire…

 


Quels sont les champs d’applications ?

Thorax, os (squelette appendiculaire et axial), abdomen, crane. Actuellement, l’avènement de l’échographie est venu supplanté la radiographie abdominale car elle apporte beaucoup plus d’informations et par ailleurs elle n’utilise pas de rayons X donc diminue la dose de rayons X sur le personnel soignant. Enfin pour le crane, la superposition des structures osseuses rend difficile l’interprétation radiographique. De ce fait l’utilisation de techniques en coupe, comme le scanner ou l’IRM permettant une déssuperposition prennent la place de la radiographie.

 


Quand réaliser une  radiographie vétérinaire ?

En neurologie

Radiographie de la colonne et myélographie : lors de troubles de la démarche (parésie, paralysie), de douleur rachidienne…

 

En chirurgie orthopédique

  • Lors de douleur sur un membre
  • Lors de boiterie d’un membre
  • Lors de suivi post chirurgical (matériel d’ostéosynthèse)

 

En chirurgie des tissus mous

  • Lors de trajet fistuleux : recherche de corps étrangers
  • Exploration d’une masse
    • au niveau du cou : thyroïdes, glandes salivaires
    • d’une masse sous cutanée infiltrante
    • d’une masse intra pelvienne
    • d’une volumineuse masse intra-abdominale

 

En médecine interne

  • Cavité nasale / sinus : Lors d’écoulement nasal, jetage, saignement, éternuement, reverse sneezing,
  • Région pharyngée (naso, oro et laryngo-pharynx): respiration bruyante (stridor), difficulté respiratoire (dyspnée inspiratoire), dysphagie (difficulté à déglutir), salivation (bave)
  • Thorax : toux, essoufflement, fatigabilité, difficulté respiratoire, bilan d’extension (recherche de métastases) d’un processus tumoral, fièvre
  • Abdomen : troubles digestifs (vomissements, diarrhée) troubles urinaires (dysurie, hématurie…), troubles de l’appareil génital (écoulements vulvaires, douleur prostatique, hématurie intermictionnelle…), douleur abdominale, distension abdominale, abattement, dysorexie

     

    En otologie

    En stomatologie
    En ophtalmologie
    • Lors d’anomalie de rétro-bulbaire : recherche de corps étranger radio-opaques
Radiographie vétérinaire
Cystite emphysémateuse chez un chien
Radiographie vétérinaire
Calculs urétéraux ( flèches rouges) chez un chat présentant également une dilatation majeure de l’intestin grêle (flèche bleue) suite à l’ingestion d’un corps étranger
Plus d'infos

Pour toutes informations supplémentaires ou pour contacter un vétérinaire spécialiste

Nous contacter

Références

E Gomes (2010). Particularités radiographiques de l’Angiostrongylose canine. PratiqueVet (45) :102-105

E Gomes (2010). Principales anomalies radiographiques de la colonne vertébrale. PratiqueVet (45) : 506-509

E Gomes (2011). Radiographie thoracique l’œsophage normal et les anomalies de taille. PratiqueVet (46) :98-101

E.Gomes, D.Begon (2006). Aspect radiographique de l’Angiostrongylose canine à propos de 18 cas. AFVAC CNVSPA Bordeaux 2006

Glossaire