Dysplasie de la hanche chez le chien



Points importants

  • La hanche est une articulation qui nécessite une stabilité parfaite et une bonne musculature pour rester saine.
  • La dysplasie est une malformation progressive de la hanche qui entraîne de l’arthrose pouvant se révéler tout au long de la vie d’un chien.
  • La dysplasie de hanche n’est pas obligatoirement à l’origine de signes cliniques.
  • Cette maladie est plus fréquente dans des races de grand format.
  • Les signes cliniques varient et comprennent des difficultés sur le train arrière.
  • La précocité du diagnostic est primordiale chez les chiots suspects, ou à risque.
  • La chirurgie n’est pas systématique. Elle est nécessaire et bénéfique dans des cas parfaitement ciblés, par un vétérinaire spécialiste.
  • Si la dysplasie de hanche est bien suivie et que les bonnes décisions sont prises, un chien dysplasique peut vivre une vie entière, de BONNE qualité.

Qu’est-ce que la dysplasie de la hanche chez le chien ?

La dysplasie de la hanche chez le chien est une maladie squelettique. Elle consiste en une malformation progressive de la hanche pouvant se révéler tout au long de la vie d’un chien (le chien ne naît pas avec sa dysplasie). Le point de départ est une laxité excessive à l’origine d’un jeu anormal de l’articulation (subluxation) qui modifie les contraintes passant par la hanche entraînant son inflammation et des lésions progressives des cartilages, des ligaments et des os qui la constituent. Inéluctablement, de l’arthrose secondaire se développe. Ces malformations, et cette arthrose ne sont pas obligatoirement à l’origine de signes cliniques. Autrement dit, il n’y a pas de relation étroite entre les lésions articulaires et les signes cliniques de la dysplasie de hanche chez le chien. Le « fatalisme » n’est donc pas de rigueur si un chien est déclaré atteint de dysplasie de hanche.

La hanche du chien est l’articulation qui connecte le membre postérieur et le bassin. Chez le chien, elle est formée par une excavation du bassin (cotyle), d’une part, et par la tête du fémur (partie haute de l’os de la cuisse), d’autre part. C’est une articulation qui nécessite une stabilité parfaite et une bonne musculature pour rester saine, à vie.

Dysplasie de la hanche chez le chien
Modèle plastique d'une hanche normale de chien. La cavité du bassin et la tête du fémur s'articulent bien et ne sont pas déformées
Dysplasie de la hanche chez le chien
Radiographie des hanches d'un chiot normal de 6 mois

Quelle est la cause de la dysplasie de la hanche chez le chien ?

La dysplasie de hanche du chien est une maladie héréditaire liée à un nombre important de gènes. Cependant, tous les animaux porteurs n’expriment pas la maladie. Il y a donc une difficulté certaine à l’éradiquer par la sélection génétique. Des facteurs extérieurs sont également impliqués dans l’apparition de la dysplasie de la hanche chez le chien comme une croissance trop rapide, une activité physique intense ou une alimentation inutilement riche en énergie.

 


Quelles sont les races à risque pour la dysplasie de la hanche chez le chien  ?

Les chiens de toutes races peuvent être atteints de dysplasie de hanche mais certaines races et certaines lignées sont plus touchées que d’autres. Cette maladie est plus fréquente dans des races de grand format : Berger allemand, Labrador, Golden retriever, Retriever de la baie de Chesapeake, Rottweiler, mâtin de Naples, dogue de Bordeaux, etc. La dysplasie de hanche existe aussi chez des races de plus petit standard : bullgod anglais, caniche, cocker, épagneul breton, springer.


Comment suspecter une dysplasie de la hanche chez le chien ?

Il n’existe pas de signes spécifiques pour suspecter une dysplasie de hanche chez le chien. Ce sont les chiens en croissance (3 à 18 mois) et les chiens adultes d’âge moyen ou avancé qui expriment le plus de signes de la dysplasie. Des fesses peu musclées et une proéminence des os des hanches sont parfois observables. Chez le chiot, une démarche ondulante et chaloupée et / ou un déplacement des deux membres postérieurs en même temps (comme un lapin) à la course sont assez « classiques » de dysplasie de hanche. Une panoplie d’autres signes peut apparaître lors de dysplasie, à tout âge, allant de la raideur au lever jusqu’à la boiterie sans appui en passant par une activité physique réduite, une tendance à se coucher souvent, une boiterie intermittente, des difficultés dans les escaliers. Il faut se garder de  faire des raccourcis du genre : un chien à risque qui boite du train arrière est automatiquement atteint de dysplasie de hanche…

 


Comment se diagnostique la dysplasie de la hanche chez le chien ?

La précocité du diagnostic est primordiale chez les chiots suspects, ou à risque, car il existe des interventions qui ne sont plus possibles passé un certain âge. Il n’y a pas de notion d’urgence diagnostique chez les chiens adultes.

Le diagnostic de la dysplasie de hanche du chien ne peut effectivement être confirmé que par un vétérinaire. Il s’appuie sur un faisceau d’éléments comprenant le type de chien, son alimentation et son mode de vie, les signes rapportés par son maître, l’étude de sa démarche et de ses postures, l’examen orthopédique (vigile et sous anesthésie) et l’examen radiographique. Certains éléments de cette évaluation comme des radiographies en contraint es des hanches ou des arthroscopies des hanches sont exclusivement pratiqués par des vétérinaires spécialistes en chirurgie des carnivores domestiques.

 


Comment se soigne la dysplasie de la hanche chez le chien ?

Être dysplasique implique un suivi vétérinaire régulier. Les traitements sont adaptés au cas par cas. Un certain nombre de chiens bénéficie de mesures hygiéniques (alimentation et activité adaptées), d’autres ont vraiment besoin de cures antalgiques plus ou moins longues (toujours sur avis et prescription vétérinaire).

Lorsque ces cures sont nécessaires, une chirurgie de la dysplasie doit être envisagée. Une consultation avec un spécialiste en chirurgie est recommandée pour discuter des avantages et inconvénients d’une telle décision. La chirurgie est nécessaire et bénéfique dans certains cas.

Dysplasie de la hanche chez le chien
Radiographie des hanches d'un chien adulte, totalement remodelées par de l'arthrose ce qui leur donne un aspect en champignon

Une intervention particulière, la symphysiodèse pubienne, n’est utile que jusqu’à l’âge de 18-20 semaines, mais elle est peu risquée donc réalisée à titre préventif.

Une autre chirurgie, la double ostéotomie de bassin (alternative récente à la triple ostéotomie du bassin), est le plus souvent réservée à des chiens de 5 à 10 mois. D’où l’importance du diagnostic précoce. D’autres interventions (la prothèse de hanche et l’exérèse de tête de fémur) sont réservées aux cas qui ont une hanche douloureuse et qui ne s’améliorent pas avec un traitement classique : la prothèse de hanche peut être adaptée même pour les chiens jeunes. L’exérèse de la tête et du col du fémur est rarement une bonne alternative lors de dysplasie de hanche.

 


Quel est le pronostic de la dysplasie de la hanche chez le chien ?

Etre dysplasique n’est pas une « catastrophe » ou une « fatalité ». Il faut se garder de faire des raccourcis du genre : un chien dysplasique est promis à une vie misérable ou à une incapacité à se déplacer…

Si la dysplasie de hanche est bien suivie et que les bonnes décisions sont prises au fur et à mesure de l’évolution, un chien dysplasique peut vivre une vie entière, de BONNE qualité. Une dysplasie convenablement prise en charge n’est pas susceptible de devenir une cause d’euthanasie. Elle n’est d’ailleurs pas à incriminer dans beaucoup de boiteries de membre postérieur chez le chien, qui peuvent plutôt être expliquée par des ruptures de ligament croisé du genou.

La prothèse de hanche reste toujours une option thérapeutique pouvant permettre une récupération totale de la fonction articulaire.

 


Le déroulement de la consultation pour dysplasie de hanche chez le chien

Le principe de la consultation consiste à faire au minimum un examen orthopédique et des radiographies de hanche. A l’issue de cela, des radiographies spécifiques et une arthroscopie de hanche sont parfois proposées et réalisées sous anesthésie.

Lorsqu’une chirurgie est nécessaire, elle est souvent re-programmée à une date proche de la consultation diagnostique. Les chirurgies que nous pratiquons le plus, dans des cas bien ciblés, sont la double ostéotomie de bassin et la prothèse de hanche.

Les animaux sont ensuite réveillés sous surveillance continue. Ils peuvent rentrer à la maison dans les 24 heures suivant l’intervention.

 


Les recommandations et soins post-opératoires suite à une dysplasie de la hanche chez le chien

Les recommandations et les soins post-opératoires suite à la chirurgie, s’il y a lieu, vous seront expliqués par un vétérinaire au moment de la sortie de votre animal. Un compte rendu détaillé vous sera remis à cette occasion. En cas de problème ou de questions vous pourrez joindre en permanence une infirmière et un vétérinaire par téléphone. Notre hôpital est ouvert sans interruption, 24h/24, 7j/7.

Le pronostic

Le pronostic de la dysplasie de hanche est difficile à établir. Mais si la dysplasie de hanche est bien suivie et que les bonnes décisions sont prises au fur et à mesure de l’évolution, un chien dysplasique peut vivre une vie entière, avec une BONNE qualité de vie.

Dans notre expérience, 90% des triples ostéotomies de bassin (TOB) pratiquées au bon âge et sur un bon candidat, conduisent à un bon résultat (boiterie rare). Il en est de même pour la prothèse de hanche.

Plus d'infos

Pour toutes informations supplémentaires ou pour contacter un vétérinaire spécialiste

Nous contacter

Références

SDunié-Mérigot A, Bouvy B (2008). La dysplasie coxofémorale juvenile chez le chien. Pratique Vet. 43:516-519.

Valin I, Fau D, Gatineau M, Bouvy B (2007). La dysplasie coxofémorale. Pathogénie et diagnostic. Point Vétérinaire 281, 1-5.

Glossaire