Retour

Chylothorax chez le chat



Points importants

  • Le chylothorax est une accumulation de liquide lymphatique dans la cavité thoracique
  • Les premiers signes cliniques sont une baisse de l’état général et des difficultés respiratoires
  • Le traitement de choix du chylothorax est aujourd’hui chirurgical
  • Avec une prise en charge complète et une technique chirurgicale adaptée, les taux de réussite sont proches de 85 %
  • Un diagnostic précis, un traitement chirurgical précoce, une technique chirurgicale minutieuse sont autant de points pouvant favoriser une guérison de l’animal

Définition du chylothorax chez le chat

Le chylothorax chez le chat correspond à une accumulation d’un liquide lymphatique, appelé chyle, dans la cavité thoracique. Le chyle est un liquide d’aspect laiteux constitué de lymphe et de graisses émulsifiées en provenance de l’intestin. Il est alors responsable d’importantes difficultés respiratoires pour l’animal.


Comment se forme un chylothorax chez le chat ?

Chez un animal en parfaite santé, le chyle se forme au niveau de l’intestin pendant la digestion pour être déversé dans un canal spécifique, le canal thoracique, puis est déversé au niveau du cœur pour être redistribué par le système sanguin au niveau de tout l’organisme. Lors de chylothorax, le chyle ne parvient pas jusqu’au cœur et se retrouve déversé directement dans la cavité thoracique, gênant alors le fonctionnement pulmonaire. Chez le chat, on parle alors de chylothorax.


Quelle est la cause possible du chylothorax chez le chat ?

Les causes possibles du chylothorax sont nombreuses chez le chat. On peut rencontrer un chylothorax suite à un traumatisme (chute ou accident de la voie publique par exemple), une anomalie de l’appareil cardiovasculaire, une origine tumorale, etc.

L’origine du chylothorax doit impérativement être recherchée car elle peut influer énormément sur le traitement à envisager et sur le pronostic. Cependant l’origine du chylothorax est souvent indéterminée. On parle alors de chylothorax idiopathique.

 

Causes du chylothorax (d’après C. Poncet et J. Hernandez)

Origines cardio-vasculaires

 

Origine tumorale:

  • Tumeurs médiastinales (lymphome en particulier)
  • Tumeurs thoraciques pariétales

 

Origine pulmonaire :
  • Torsion de lobe pulmonaire

 

Origine traumatique (transitoire)
  • Accident de la voie publique, défenestration

 

Origine fongique (USA essentiellement)

 

Origines congénitales

 

Anomalie congénitale du canal thoracique

 

Ligature de la veine brachiocéphalique gauche
  • Idiopathique

Quels sont les signes cliniques du chylothorax chez le chat ?

Les signes cliniques sont liés à un dysfonctionnement de poumons suite à une accumulation de liquide dans la cavité thoracique: difficultés respiratoires, baisse de l’appétit, affaiblissement, toux… Ces signes cliniques sont rencontrés dans de nombreuses autres maladies respiratoires.


Comment se diagnostique un chylothorax chez le chat ?

Le diagnostic de chylothorax peut être établié par votre vétérinaire, avec une analyse du liquide pleural récolté par thoracocentèse. L’aspect du liquide est souvent blanc laiteux ou « lait-fraise » selon la teneur en graisse et/ou en sang. Le principal diagnostic différentiel d’un liquide blanc est le pyothorax.

Aspect de liquide pleural chyleux (à gauche) et purulent (à droite). Noter la similitude d’aspect entre un chylothorax et un pyothorax.

Chylothorax chez le chat
Aspect de liquide pleural chyleux (à gauche) et purulent (à droite). Noter la similitude d'aspect entre un chylothorax et un pyothorax.

Le liquide récolté est alors envoyé dans un laboratoire pour analyses spécifiques.

D’autres examens complémentaires sont souvent nécessaires afin de rechercher une cause éventuelle du chylothorax : radiographies du thorax, échographie du cœur, analyses sanguines, etc…


Quel est le premier traitement du chylothorax chez le chat ?

Chylothorax chez le chat
Mise en place d'un drain thoracique chez un chat : cela permet de soulager l'animal en attendant la chirurgie

Chez le chat, le traitement du chylothorax doit avant tout être dirigé contre la cause si elle est identifiée.

Lors de difficultés respiratoires importantes, seule une thoracocentèse pour évacuer l’excédent de liquide dans le thorax permet de soulager rapidement et temporairement l’animal. Réalisation d’une thoracocentèse sur un chat vigile présenté en urgence pour dyspnée inspiratoire.

Le liquide ainsi collecté (2,5 litres sur cet animal) a un aspect lait-fraise, évocateur d’un chylothorax. L’animal sera soulagé dans l’attente d’un diagnostic définitif, d’une recherche de cause éventuelle et d’une prise en charge chirurgicale.

Un traitement médical peut ensuite être envisagé (alimentation pauvre en graisse, mise en place d’un drain dans la cavité thoracique, médicaments à base de rutin) mais les résultats sont aujourd’hui jugés insuffisants et très inférieurs à ceux d’un traitement chirurgical.


Quel est le traitement chirurgical du chylothorax chez le chat ?

Une meilleure compréhension de cette maladie dans le milieu vétérinaireet une amélioration des techniques chirurgicales nous conduisent à proposer maintenant une approche chirurgicale en première intention lors de diagnostic d’un chylothorax idiopathique.

La chirurgie consiste à ligaturer le canal conduisant le chyle jusqu’au cœur afin de stopper les fuites. D’autres gestes chirurgicaux complexe associés à cette ligature permettent souvent d’améliorer les résultats chirurgicaux.

Chylothorax chez le chat
Visualisation chirurgicale d'une péricardectomie partielle sur un chat traité chirurgicalement pour chylothorax
Chylothorax chez le chat
Visualisation du système lymphatique pendant la chirurgie (flèche jaune)

Quelles sont les chances de guérison du chylothorax  chez le chat ?

Les chances de guérison du chylothorax dépendent étroitement des moyens diagnostiques et thérapeutiques qui peuvent être mis en œuvre. Un diagnostic précis, un traitement chirurgical minutieux et le plus précoce possible sont autant d’éléments qui peuvent améliorer les chances de guérison de l’animal. Les équipes spécialisées annoncent aujourd’hui des chances de guérison de 85 % environ.


Notre approche actuelle du chylothorax chez le chat :

A la vue de la littérature et de notre expérience, le choix a été fait depuis plusieurs années de traiter chirurgicalement les chylothorax idiopathiques de préférence le plus rapidement après le diagnostic définitif par une technique dite de « trithérapie chirurgicale ». Cette approche originale et spécifique de notre hôpital, maintenant reconnue et admise dans les plus grands congrès vétérinaires, consiste à combiner 3 techniques chirurgicales afin d’optimiser les chances de guérison : (1) La ligature directe du canal thoracique après visualisation directe à l’entrée du thorax (afin de stopper le flux de chyle à son arrivée dans la cavité thoracique), (2) l’épiploïsation de la cavité pleurale (mise en contact de la cavité thoracique avec un organe pouvant faciliter la réabsorption du liquide thoracique résiduel), et (3) la péricardectomie partielle (petite fenêtre sur l’enveloppe du cœur afin de faciliter le drainage lymphatique dans le système veineux et formation d’une nouveau réseau lymphatique collatéral).

En pratique et à l’instar de plusieurs chirurgiens nous réalisons ces gestes par deux petites thoracotomie successives plutôt qu’une seule, afin d’optimiser l’approche chirurgicale et de limiter l’écartement intercostal jugé très douloureux pour l’animal. Dans certaines conditions, cette chirurgie peut également être réalisée sous thoracoscopie au sein de notre hôpital.

Cette technique chirurgicale nous permet d’annoncer des chances de réussite en première intention dans 85% des cas de chylothorax, à la fois chez le chien et le chat.

Une hospitalisation des 3 à 5 jours, avec des soins assurés 24h/24 est généralement nécessaire pour une prise charge optimale des ces animaux.

Plus d'infos

Pour toutes informations supplémentaires ou pour contacter un vétérinaire spécialiste

Nous contacter

Références

Poncet C. (2010) Gestion du chylothorax chez le chien et le chat. Congrès vétérinaire annuel du GEC. Ile de Ré. 10 octobre 2010.

Benloch M, Poncet C (2010). Omentalisation, pericardiectomie et ligature du conduit thoracique dans le traitement de chylothorax chez 5 chats atteints de chylothorax Paris. Congrès annuel des vétérinaires AFVAC. 12 décembre 2010.

Glossaire