Dermatite chez le chien

Dermatite à Malassezia

La dermatite à Malassezia chez le chien est une maladie de peau fréquente due à une levure : Malassezia pachydermatis (parfois appelée Pityrosporum folliculorum chez l’homme).

Certaines régions sont plus touchées comme : le conduit auditif, les plis, les babines, les espaces interdigités et la base des griffes, la face ventrale de l’abdomen….

La dermatite à Malassezia peut être généralisée à tout le corps ou uniquement localisée à certaines régions. Les symptômes les plus classiques sont du prurit, souvent important, une séborrhée, rendant la peau grasse et malodorante, un érythème, un épaississement cutané associé à une odeur nauséabonde … Elle devient facilement chronique et peut se compliquer d’une pyodermite bactérienne.

Le diagnostic se fait au cours d’une consultation spécialisée de dermatologie. Des examens complémentaires appropriés permettent de mettre en évidence les levures et d’éliminer les nombreuses autres causes possibles de dermatite.

Un traitement adapté et une hygiène cutanée attentive permettront de contrôler la maladie et d’éviter les rechutes qui ne sont pas exceptionnelles. Chez certains chiens ayant des plis cutanés importants, une correction chirurgicale est parfois utile.

Certaines races sont considérées comme prédisposées, notamment : American cocker spaniel, Berger allemand, Caniche, Cavalier King Charles spaniel, Chihuahua, Jack Russell, Teckel, West Highland White Terrier.

    

  1. Dermatite à Malassezia chez le chien. Vue au microscope de la levure (Malassezia pachydermatis)
  2. Dermatite à Malassezia. Lésions au niveau des plis de peau du coude (aisselle) chez un chien Basset hound

Lésions de la peau entre les doigts d’un chien atteint d’une dermatite à Malassezia

Dermatite à Malassezia très étendue, ici chez un chien de race Shar Peï​

Dermatite atopique

Qu’est-ce que la dermatite atopique chez le chien ?

La dermatite atopique chez le chien est une maladie chronique, caractérisée par une prédisposition à développer des allergies (aux aliments, aux acariens de la poussière, aux pollens) et par une peau anormale qui ne remplit plus sa fonction de barrière protectrice.

Les signes apparaissent le plus souvent entre 1 et 6 ans, mais les animaux peuvent être plus ou moins âgés.

Y a-t-il des races prédisposées à la dermatite atopique chez le chien, la maladie est-elle héréditaire ?

La dermatite atopique est une maladie ayant des bases génétiques très nettes. Il existe ainsi des races très prédisposées et de véritables familles de chiens atopiques. Une transmission génétique existe donc. Les races les plus souvent atteintes sont : Beauceron, Berger allemand,  Bouledogue français, Boxer, Bulldog anglais, Cairn terrier, Chihuahua, Golden retriever, Labrador, Setter, Shar-peï, West Highland White terrier, Yorkshire terrier,…

Quels sont les premiers signes de la dermatite atopique chez le chien ?

Les premiers symptômes de la dermatite atopique sont, dans la grande majorité des cas, une otite ou une pododermatite (inflammation des doigts).

Lors d’otite, les oreilles sont rouges, le chien se gratte ou secoue sa tête. Lors de pododermatite, il se lèche frénétiquement les doigts ou les mordille.

D’autres signes peuvent faire penser à une dermatite atopique, comme des infections récidivantes par des bactéries (staphylocoques) ou des champignons (Malassezia).

Comment fait-on un diagnostic de dermatite atopique chez le chien ?

C’est le vétérinaire qui fait ce diagnostic en se fondant sur les symptômes, la localisation des lésions, l’âge d’apparition, les réponses aux traitements et en éliminant d’autres causes de démangeaisons, notamment parasitaires (puces, gale) et infectieuses.

Les tests allergologiques ne permettent pas de faire un diagnostic de dermatite atopique en soi.

On les utilise en routine pour choisir les allergènes nécessaires à une désensibilisation.

Chien de race Labrador atteint d’une dermatite atopique (Atopie). Les lésions sont ici principalement localisées sur la face

Quels tests allergologiques existe-t-il pour la dermatite atopique chez le chien ?

Tests cutanés (intradermoréactions)

Le principe est d’injecter une petite quantité d’un allergène dans la peau (injection intradermique) et d’observer la réaction au bout de 10 à 20 minutes. S’il apparaît une réaction large et rouge (érythème), c’est que l’animal est sensible à l’allergène injecté. Cet examen n’est pas douloureux et permet l’obtention de résultats rapides et fiables.

Tests in vitro avec une prise de sang :

ils permettent de doser certaines immunoglobulines (Ig E) spécifiques d’allergènes.

Ces deux méthodes ne sont applicables qu’aux poussières et pas aux allergies alimentaires.

J’ai fait un test allergologique et mon chien est allergique à plusieurs aliments. Peut-il en manger ?

Les tests allergologiques vis-à-vis d’aliments, bien que commercialisés, n’ont aucune valeur diagnostique chez le chien (et le chat). Par conséquent, un résultat positif n’est pas interprétable et ne doit pas être utilisé pour choisir un régime particulier pour son animal.

Traitement de la dermatite atopique chez le chien

Chien de race Labrador atteint d’une dermatite atopique (Atopie). Les lésions sont ici principalement localisées autour des yeux

Le traitement de la dermatite atopique est complexe. Pour bien le comprendre et bien le mettre en place, une Ecole de l’Atopie  (séances pratiques de formation des propriétaires) est mise en place au CHV Frégis.

Le seul traitement des allergies est l’élimination de l’allergène de l’environnement de l’animal (aliment) ou le rétablissement d’une tolérance vis à vis de l’allergène (désensibilisation). Parallèlement, une gestion des signes cliniques (démangeaisons, surinfections) doit être proposée, associée à des mesures hygiéniques (contrôle des puces, shampooings, renforcement de la qualité de la peau).

Dans les cas où l’aliment n’est pas en cause, il s’agit généralement d’une gestion au long cours (maladie chronique) plus que d’un traitement.

La cortisone, par exemple, peut être utilisée sur une courte période (quelques jours) pour contrôler des démangeaisons trop importantes (poussées).

Les bases de cette affection étant génétiques, les chiens atopiques nécessitent des traitements à vie. Une prise en charge précoce et un traitement de fond suivi et continu permettent d’obtenir un bon contrôle de la maladie.

La désensibilisation est-elle efficace ?

Oui, la désensibilisation est efficace. On ne juge pas de son efficacité avant 6 à 12 mois de traitement et cette efficacité n’est pas toujours une guérison, mais le plus souvent une nette diminution de la gravité de la maladie.

Mon animal sera-t-il malade toute sa vie ?

L’origine de la maladie est génétique. Un chien atopique est donc atopique toute sa vie. Toutefois, des traitements de fond permettent à la fois de réduire la gravité des crises et de les espacer, voire dans de nombreux cas de les faire disparaître. La grande majorité des chiens atopiques n’a pas besoin de traitement par voie générale tout au long de leur vie. Des soins hygiéniques réguliers permettent de contrôler la maladie.

Peut-on traiter une dermatite atopique chez le chien avec uniquement des soins locaux ?

Oui et non !!! Il y a toujours des poussées brutales qui obligent à donner un traitement oral, mais on peut contrôler les démangeaisons au quotidien en n’utilisant que des soins externes, qu’il s’agisse de spray, de pipette ou de shampooing ayant des activités émollientes, anti-inflammatoires ou antiseptiques.

L’usage de shampooings médicamenteux est-il indispensable ?

Le principe de la plupart de ces produits est de renforcer la barrière cutanée, d’être antiseptique et éventuellement de diminuer la réponse inflammatoire. Leur intérêt est limité par deux facteurs : la praticabilité chez les animaux de grande taille ou à pelage long
et la nécessité d’effectuer fréquemment des soins (2 fois par semaine ou plus) qui aggrave les problèmes de faisabilité et peut nuire au traitement antipuces.
Un traitement réussi est rarement fondé sur l’emploi de shampooings médicamenteux utilisés seuls. Plus fréquemment, ils servent de traitement de soutien pour obtenir des résultats meilleurs, plus rapides ou pour prévenir les récidives, et sont associés à un traitement par voie générale.

Quels sont les effets indésirables des glucocorticoïdes ?

A court terme, on observe chez certains chiens une augmentation de la prise de boisson (et donc de la fréquence des mictions) et un appétit augmenté. Ces anomalies sont rapidement réversibles si le traitement ne dure que quelques jours.

A long terme, les glucocorticoïdes peuvent provoquer une modification du pelage, une chute de poils, des infections, des anomalies hépatiques, une atrophie des muscles, des troubles digestifs et dans les cas plus graves du diabète sucré.

L’utilisation des antihistaminiques est –t-elle indiquée dans la dermatite atopique chez le chien ?

Oui. Ils sont efficaces dans 25 à 40% des cas et ils ne présentent pas d’effet secondaire, sauf parfois une somnolence. Ils ne sont pas efficaces sur les poussées mais plutôt pour permettre l’espacement des poussées.

Les crises peuvent-elles être déclenchées pour des raisons spécifiques ?

Oui :

  • Le plus souvent suite à l’exposition à des aerollergènes (acariens) ou des piqûres de puces (crises lors de changement d’environnement ou en vacances par exemple),
  • Beaucoup plus rarement à des allergènes polliniques (crises importantes à partir de la fin mai par exemple lors d’allergie aux graminées).
  • L’utilisation de topiques asséchants ou irritants (shampooings secs, lotions inadaptées) peut aussi déclencher une crise.
  • On rapporte aussi des poussées liées à des situations de stress particulières.

Que faire quand une crise débute ?

Il est indispensable de consulter son vétérinaire et ne pas tenter une automédication. En effet, les infections par des bactéries ou des champignons sont fréquemment présentes et elles ne sont pas identifiables sans des examens particuliers (examens cytologiques). Or, de la présence ou non de ces infections dépend en grande partie le type de traitement d’une poussée.

Comment prévenir la survenue des crises ?

On peut prévenir les rechutes ou diminuer leur importance en suivant des mesures hygiéniques rigoureuses mais assez simples :

  • traitement antipuces mensuel,
  • alimentation hypoallergénique
  • nettoyages auriculaires non-irritants
  • shampooings, sprays, mousses ou pipettes émollients (hydratants) bihebdomadaires ou hebdomadaires
  • brossage doux quotidien
  • topiques anti-inflammatoires et émollients sur les zones les plus souvent atteintes en prévention

La dermatite atopique chez le chien est-elle contagieuse ?

Non, un chien atopique n’est pas contagieux, même lorsque sa peau est infectée.Faut-il prendre des précautions particulières pour les enfants ?

 

Même si la peau des chiens atopiques peut être infectée, les contacts avec l’animal sont sans danger. En revanche, un animal en crise, notamment lorsqu’existe une otite, peut être irritable. Il faut donc éviter de manipuler les oreilles violemment.

Un chien atopique est-il prédisposé aux allergies vaccinales ou médicamenteuses ?

Non, les chiens atopiques sont prédisposés aux allergies alimentaires et aux allergies aux acariens, mais pas aux allergies vaccinales ou médicamenteuses. Par conséquent, ces animaux suivent des traitements comme tous les autres, sans précautions particulières.

Mon chien peut-il être allergique à moi-même ou à mon chat ?

On observe parfois des tests allergologiques positifs aux squames humaines ou de chat. Toutefois aucun cas de vraie allergie clinique à l’homme ou au chat n’a été démontré chez le chien.

Faut-il laver les éléments de confort (panier, couverture,…) plus fréquemment ?

Non, cela n’est pas nécessaire, mais il faut le faire régulièrement, cela permettant d’éliminer les débris cutanés favorables au développement des acariens de la poussière et des œufs ou des larves de puces.

Comment mon chien peut-il être allergique aux acariens de la poussière alors que je suis un(e) maniaque du ménage ?

Lorsque l’on est allergique aux acariens de la poussière de maison, même après un ménage rigoureux il existe toujours des allergènes d’acariens présents dans l’environnement. Ces acariens sont impossibles à éliminer totalement ; de plus, leurs cadavres et leurs déjections peuvent être allergisants. Par conséquent, ce n’est pas la qualité du ménage qui est en cause, mais l’héritage génétique du chien.

On a déjà trouvé que mon chien est allergique aux acariens. Pourquoi faire un régime maintenant ?

Votre chien est atopique, donc prédisposé à développer de nombreuses allergies. Le fait d’être allergique aux acariens de la poussière de maison ne veut pas dire que votre animal ne présente pas en plus une allergie alimentaire, dont les symptômes sont les mêmes. Environ 30 % des chiens atteints de dermatite atopique peuvent être très significativement améliorés par un régime hypoallergénique. Par conséquent, avant de mettre en place un traitement aussi long qu’une désensibilisation, on essaie de savoir si celle-ci peut être évitée grâce à un régime hypoallergénique.

Mon chien est allergique aux acariens de stockage. Puis-je quand même lui donner un aliment industriel ?

La sensibilisation aux acariens dits de stockage est très fréquente chez les chiens atopiques, quel que soit le type d’alimentation. Les aliments industriels sont exempts d’acariens de stockage, mais leur stockage peut s’accompagner d’une contamination. Par conséquent, il est inutile de passer des croquettes à un aliment humide, d’autant que ces acariens se développent particulièrement bien sur les bords des gamelles ou lorsqu’il y a des débris alimentaires collés autour du site d’alimentation du chien, quel que soit le type d’aliment.

Dermatite de contact

La dermatite de contact chez le chien concerne les dermatites par irritation et les dermatites allergiques.

Toute substance présente dans l’environnement de l’animal peut, en théorie, provoquer une allergie de contact.

Les produits d’entretien, le ciment sont fréquemment rapportés comme pouvant entrainer des allergies de contact. Le plus souvent les zones glabres sont atteintes comme le scrotum ou l’abdomen.

Lorsque l’allergie est liée à un nettoyant auriculaire, les pavillons des oreilles sont atteints.

Le corps peut aussi présenter des lésions en cas d’allergie à un shampooing par exemple.

Certaines races présentent une prédisposition comme : le Berger allemand, le Labrador, …

   

  1. Allergie de contact. Maladie de la peau d’un chien, touchant ici le scrotum et le pénis.
  2. Allergie de contact au ciment chez un chien ne touchant que le scrotum

 

AUTEURE

DR DARMON, Spécialiste en dermatologie

Dermatite de léchage des extrémité

La dermatite de léchage chez le chien, encore appelée granulome de léchage, peut avoir une origine comportementale mais d’autres causes ne sont pas actuellement exclues.

Certaines races présentent une prédisposition comme : le Berger allemand, le Golden retriever, le Labrador, …

Lésion, ici chez un chien de race labrador, de dermatite de léchage des extrémités, encore appelée granulome de léchage

Dermatite éosinophilique œdémateuse

La dermatite éosinophilique œdémateuse chez le chien est une atteinte cutanée rare. Elle est comparée au syndrome de Wells (ou cellulite à éosinophiles) chez l’homme. Certains auteurs considèrent cependant qu’il s’agit d’une entité spécifique à l’espèce canine.

Elle consiste en l’apparition brutale de tâches rouges (macules érythémateuses), puis de plaques associées à un œdème plus ou moins marqué, en particulier sur l’abdomen ventral, les pavillons auriculaires et le thorax.

Dans certains cas, des syndromes généraux sont observés comme une diarrhée ou des vomissements et nécessitent une hospitalisation.

La cause est inconnue mais une réaction d’hypersensibilité est suspectée. Elle pourrait être d’origine médicamenteuse ou consécutive à des piqûres d’arthropodes.

Certaines races présentent une prédisposition comme : le Labrador, …

Dermatite éosinophilique œdémateuse chez un chien Boxer, au niveau de la base de l’oreille

Dermatite éosinophilique œdémateuse chez un chien Boxer, au niveau de la babine

 

AUTEUR

DR HÉRIPRET Spécialiste en dermatologie

Dermatite et pyodermite des points de pression

Les cals des points de pression sont des plaques alopéciques érythémateuses bien délimitées.

Ils se développent en regard des saillies osseuses à la suite de multiples traumatismes répétés.

On les observe en particulier en regard des coudes et des tarses (chez les chiens de grandes races) ou encore sur la pointe du sternum (chez les chiens à thorax profond).

Dans les cas chroniques, une infection secondaire peut se développer et entrainer une atteinte profonde se caractérisant par des fissures et des suintements sanguinolents.

Une prédisposition est rapportée dans certaines races et notamment : BoxerTeckel

Dermatite et pyodermite des points de pression (ici sur le coude) chez le chien (photo D Héripret)

Dermatite et pyodermite des points de pression (ici sur le jarret) chez un chien Braque allemand (photo D Héripret)​

AUTEUR

DR DARMON Spécialiste en dermatologie

Retour
Contactez-nous

Informations pratiques

Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis

Retour
  • Lun
    9h00 à 19h00
  • Mar
    9h00 à 19h00
  • Merc
    9h00 à 19h00
  • Jeu
    9h00 à 19h00
  • Vend
    9h00 à 19h00
  • Sam
    9h00 à 19h00
  • Dim
    Urgences seulement

Détails d'urgence

Veuillez appeler :

01 49 85 83 00
Retour

Adresse de la clinique

43, avenue Aristide Briand 94110 Arcueil
retrouvez-nous sur Google Maps
Retour

Veuillez appeler ce numéro en cas d'urgence :

01 49 85 83 00