Asthme chez le chat

L’asthme félin (bronchite féline) est une maladie broncho-pulmonaire importante du chat. A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement curatif. L’anamnèse, les signes cliniques, les observations radiographiques et la réponse au traitement sont les éléments clés du diagnostic.

Causes de l'asthme chez le chat

Un chat sensibilisé à un aéroallergène (voire plusieurs) subit des conséquences pathologiques variables suite à l’exposition répétée au même allergène : inflammation respiratoire, hypersécrétion de mucus, bronchoconstriction intermittente et réversible et également des modifications permanentes de l’architecture pulmonaire.

Signalement de l'asthme chez le chat 

La maladie peut atteindre des chats de tout âge. Les siamois semblent prédisposés.

Points importants

  • La bronchite chronique féline est une inflammation des voies respiratoires qui est due une réaction d’allergie à des allergènes inhalés.
  • Le signe clinique le plus fréquent est la toux. Dans les cas plus graves, des difficultés respiratoires apparaissent.
  • Le diagnostic repose sur l’exclusion d’autres causes de toux  et sur une réponse excellente à l’administration de corticoïdes.
  • Les glucocorticoïdes, par voie inhalée ou systémiques représentent la pierre angulaire du traitement.

Examens et signes cliniques de l'asthme

Les propriétaires décrivent souvent des épisodes intermittents de toux, de difficultés (dyspnée) et bruits respiratoires. Entre ces crises et au repos les chats asthmatiques paraissent fréquemment asymptomatiques. L’examen clinique peut être tout à fait normal. Les signes cliniques rencontrés incluent : respiration rapide (tachypnée), dyspnée (surtout à l’expiration), présence de crépitements fins et de sifflements à l’auscultation. Dans les cas modérés, les crépitements ne sont audibles que lors du déclenchement d’une quinte de toux à la palpation de la trachée.

Les propriétaires décrivent souvent des épisodes intermittents de toux, de difficultés (dyspnée) et bruits respiratoires. Entre ces crises et au repos les chats asthmatiques paraissent fréquemment asymptomatiques. L’examen clinique peut être tout à fait normal. Les signes cliniques rencontrés incluent : respiration rapide (tachypnée), dyspnée (surtout à l’expiration), présence de crépitements fins et de sifflements à l’auscultation. Dans les cas modérés, les crépitements ne sont audibles que lors du déclenchement d’une quinte de toux à la palpation de la trachée.

 

Chat en dyspnée, respirant la bouche ouverte et à langue cyanosée

Examens complémentaires

Analyses sanguines

Il n’y pas d’anomalie sanguine spécifique de la maladie. Le bilan hématologique permet parfois d’identifier une augmentation de certains globules blancs (les éosinophiles). Les chats ayant séjournés dans les zones à risque de maladie parasitaire (dirofilariose) doivent faire l’objet d’une recherche sérologique de la maladie.

Analyses des selles

Une analyse des selles (technique spéciale, appellée de Baermann) est nécessaire chez les chats sortants du domicile afin d’écarter une infection respiratoire par le parasite Aelurostrongylus.

Examens d’imagerie

Les radiographies thoraciques permettent d’écarter d’autres maladies respiratoires ou thoraciques, comme une tumeur, un épanchement pleural ou une infection et de mettre en evidence des anomalies bronchiques et péribronchiques. Fréquemment, l’examen radiographique apparaît normal. En pratique, la combinaison de l’examen clinique, sanguin, radiographique et éventuellement des selles permettent de conforter le diagnostic de bronchite féline.

Bronchoscopie et lavage broncho-alvéolaire (LBA)

L’examen bronchoscopique permet de poser un diagnostic de certitude et d’adapter au mieux le traitement. Il vise à écarter d’autres causes de toux et/ou dyspnée (corps étranger, infection bactérienne, tumeur, parasitose) et à mettre en évidence des anomalies fréquentes lors de bronchite allergique : hypersécrétion de mucus, irrégularité de la muqueuse, cellules inflammatoires éosinophiliques dans le liquide de LBA. A ce stade, un traitement peut être mis en place. La réponse aux anti-inflammatoires stéroïdiens peut être considérée comme un test diagnostic et doit être nécessairement excellente.

Traitement de l'asthme chez le chat

A l’heure actuelle, la guérison n’est envisageable qu’en cas d’identification et élimination de l’allergène en cause ce qui la plupart du temps est utopique. Un traitement chronique médical et monitoring régulier sont nécessaires afin de réduire les symptômes et contrecarrer les modifications permanentes bronchiques. Les recommandations thérapeutiques incluent des modifications environnementales, des anti-inflammatoires stéroïdiens et des bronchodilatateurs. En pratique, l’exposition à des agents irritants tels les poudres, litière poussiéreuse, aérosols ou fumée de cigarettes doit être évitée. Des filtres à air ambiant peuvent aider chez les chats vivant en appartement.

Les anti-inflammatoires stéroïdiens sont conseillés dans le traitement au long cours pour interrompre le cycle inflammatoire à l’origine des lésions bronchiques irréversibles. Ils peuvent être administrés par voie orale, par voie injectable ou par inhalation (uniquement en traitement chronique). Le traitement devra être adapté à la réponse thérapeutique. Enfin, certains animaux nécessitent un traitement de maintenance à la plus petite dose efficace.

Les bronchodilatateurs sont indiqués chez les chats présentant des crises de bronchoconstriction (traitement ponctuel de la crise d’asthme). Leur usage n’est pas recommandé en monothérapie car ils n’agissent pas sur l’inflammation.

Les antibiotiques ou antiparasitaires sont principalement indiqués dans les cas où une surinfection bactérienne ou infection parasiatire est suspectée ou confirmée.

Inhalations par AeroKat

RÉFÉRENCES

Gabriel A (2010). Pneumonie éosinophilique chez le chat. Proceedings du congrès Chat Arcachon, Arcachon, France.

Gabriel A and Hernandez J (2009). Asthme félin: immunologie, réactivité de l’arbre bronchique et traitement. L’essentiel 148 : 20-24.

Padrid P (2009). Chronic bronchitis and asthma in cats. In : Kirk’s Current Veterinary Therapy XIV (Bonagura JD et Twedt DC), Saunders Elsevier, St.Louis, 650-8.

Retour

Informations pratiques

Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis

Retour
  • Lun
    9h00 à 19h00
  • Mar
    9h00 à 19h00
  • Merc
    9h00 à 19h00
  • Jeu
    9h00 à 19h00
  • Vend
    9h00 à 19h00
  • Sam
    9h00 à 19h00
  • Dim
    Urgences seulement

Détails d'urgence

Veuillez appeler :

01 49 85 83 00
Retour

Adresse de la clinique

43, avenue Aristide Briand 94110 Arcueil
retrouvez-nous sur Google Maps
Retour

Veuillez appeler ce numéro en cas d'urgence :

01 49 85 83 00