Covid-19 (SARS-CoV-2) et animaux : où en est-on ?


13 mai 2020

De nombreuses équipes scientifiques à travers le monde travaillent sur tous les sujets qui, de près ou de loin, peuvent faire progresser nos connaissances sur ce virus (le SARS-CoV-2) et la façon de le combattre. A ce titre, comme pour tous les virus, son comportement vis-à-vis d’autres espèces que l’homme sont riches d’enseignement.

 

Que sait-on à ce jour ?

 

Covid et animaux sauvages :

  • Chauves-souris : elles font probablement partie des réservoirs du virus[1]. La transmission éventuelle à l’homme n’est pas à ce jour élucidée mais plusieurs pistes sont à l’étude à travers le monde. L’hypothèse d’un hôte intermédiaire[2] est évoquée.
  • Pangolin : des coronavirus très proches du SARS-CoV-2 ont été identifiés chez des pangolins javanais (Manis javanica) saisis dans le sud de la Chine. On ne sait pas d’où vient la contamination de ces pangolins positifs
  • Grands singes : ils peuvent être sensibles à certains virus humains. En 2016, une colonie de chimpanzés de Côte d’Ivoire a été atteinte par un coronavirus (OC 43) différent de celui du Covid-19. Pour les protéger contre le Covid-19, un confinement des grands singes (interdiction du tourisme) est conseillé sans pour autant relâcher la lutte contre les braconniers.
  • Tigre : aux USA, un tigre a été testé positif dans un zoo (test PCR)

 

Covid et animaux de compagnie :

  • Plusieurs études menées sur de nombreux chiens, chats, chevaux, furets dans des régions touchées par le Covid-19 n’ont montré aucun cas positif.
  • Quelques très rares cas de chats testés positifs au coronavirus humain sont rapportés (1 Belgique, 2 aux Etats-Unis et tout récemment 2 cas en France, un dans l’Essonne et un à Bordeaux). Dans tous ces cas, ce sont toujours les chats qui ont été contaminés par leur propriétaire.

A ce jour, les scientifiques considèrent que :

  • le risque qu’un homme contamine sont animal de compagnie est très faible
  • le risque qu’un animal de compagnie contamine son maître est encore plus faible, chats et chiens étant considérés comme des culs-de-sac épidémiologiques[3]

 

Covid et animaux d’élevage :

Les études menées à ce jour dans différents pays ont montré notamment que les porcs et les volailles (poulets et canards) ne sont pas réceptifs au SARS-CoV-2,

Mais attention : la connaissance et les informations sur le sujet sont en constante évolution

 

 

[1] Réservoir : ce dit d’une espèce dans laquelle un virus peut se développer, se reproduire, voyager et sporadiquement contaminer d’autres espèces

[2] Un hôte intermédiaire est une espèce chez laquelle le virus va subir une évolution et pouvoir se multiplier, sans pour autant que l’hôte présente des signes cliniques

[3] Une espèce qui peut éventuellement héberger un virus mais ne permet pas sa transmission dans les conditions naturelles est appelée un « cul-de-sac épidémiologique »