Mon cobaye convulse


CONDUITE A TENIR EN URGENCE

Maintenir votre cobaye dans un espace réduit et confortable : cela lui évitera de se blesser lors d’une crise. Veillez à ne pas le manipuler plus que nécessaire.

L’installer dans un endroit sombre et calme : cela permet de limiter les stimulations extérieurs qui peuvent augmenter le stress de l’animal et induire, dans certains cas, une crise convulsive.

GRAVITÉ

Urgence vétérinaire vraie ou relative en fonction de la fréquence des crises convulsives.

PRINCIPALES CAUSES POSSIBLES

Gale à Trixacarus caviae : la gale est une maladie cutanée due à un parasite (Trixacarus caviae ). C’est une maladie particulièrement prurigineuse. Lors de certaines crises de démangeaisons, le cobaye peut alors déclencher une crise de convulsion.

QUEL VÉTÉRINAIRE CONTACTER ?

Le traitement de la gale consiste à l’administration d’un antiparasitaire. Des corticoïdes sont parfois nécessaires lorsque le prurit est trop intense. Ces actes peuvent être réalisés à domicile ou au sein d’un établissement vétérinaire. Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié. En son absence, si les convulsions sont très fréquentes, une consultation sans délai dans un service d’urgence est préférable. Une gestion médicale de la crise y sera mise en place.

HOSPITALISATION

Rarement nécessaire hormis dans les cas où les crises convulsives sont à la fois multiples et rapprochées. Cet état peut nécessiter une surveillance médicale plus importante.

A VOIR AUSSI


  • • Mon cobaye urine du sang

    La coloration rouge des urines peut être consécutive à certaines causes menaçant le pronostic vital du cobaye ou compromettant la fonction rénale. Il s’agit donc potentiellement d’une urgence vétérinaire vraie. La prise en charge à domicile de ce type de cas est souvent difficile. Le vétérinaire doit en effet faire la différence entre une hématurie et une hémoglobinurie. Cela nécessite de réalisé des examens urinaires et sanguins. En parallèle, la cause doit être recherchée le plus souvent par le biais de l’imagerie médicale.

  • • Mon cobaye ne mange plus

    Il s’agit d’urgence vétérinaire vraie ou relative en fonction de l’état général et du transit. Il faut garder à l’esprit que la gestion de l’anorexie du cobaye est plus compliquée et plus frustrante que celle du lapin en raison des multiples complications qui peuvent rapidement se développer (lipidose hépatique, fibrose de l’articulation de la mâchoire…). Elles entretiennent le phénomène et ralentissent la guérison de l’animal. Ainsi, plus la prise en charge de l’animal est précoce moins le pronostic sera réservé .

URGENCES 24h/24 - 7j/7

01 49 85 83 00