Mon chien s’est fait mordre par une vipère


CONDUITE A TENIR EN URGENCE

Recueillez des informations sur le type serpent

Dans la mesure du possible, essayez de reconnaître l’espèce en cause. En France, ce sont uniquement les vipères qui sont venimeuses (Vipera aspis, Vipera berus et, plus rares, Vipera ursinii et Vipera seoanei). Bien évidemment, ne tentez pas de capturer le serpent incriminé. La totalité du venin n’est pas injecté la première fois et la vipère peut mordre de nouveau. Essayez éventuellement d’en prendre une photo.

 

PREMIERS GESTES

Il faut avant tout calmer le chien et éviter tout stress ou effort qui favoriserait la diffusion rapide du venin en augmentant le débit sanguin. Il faut si possible le porter dans une couverture.

On peut appliquer des compresses d’eau froide ou une poche de glace sur la zone mordue (en intercalant un linge propre contre la peau) pour apaiser la douleur et limiter la diffusion du venin. On peut aussi désinfecter la plaie avec un produit sans alcool.

En cas de morsure sur une patte, immobiliser le membre atteint avec une attelle et une bande non serrée. Amener rapidement l’animal chez le vétérinaire.

 

GESTES A NE PAS FAIRE OU INUTILES

Ne pas inciser la morsure (aggravation du risque d’infection), ne pas aspirer le venin par succion (risque de contamination du secouriste en cas de plaie buccale), ne pas utiliser de l’alcool ou de l’éther (augmente la diffusion du venin), ne pas injecter un sérum antivenimeux (risque de choc allergique), ne pas poser un garrot (aggravation des lésions locales), ne pas mettre du chaud ou une flamme au niveau de la morsure (le venin de serpent n’est pas sensible à la chaleur), ne pas utiliser un Aspivenin (petite pompe destinée à aspirer le venin qui n’a qu’un éventuel effet placebo)

 

GRAVITÉ

Environ 10% des morsures de vipères sont suivies d’une envenimation et environ 10% des envenimations sont graves. Les chiens de petite taille sont plus sensibles.

Les jeunes vipères sont moins dangereuses. Elles ont une quantité moindre de venin. Néanmoins, une vipère est dangereuse dès la naissance.

Les signes cliniques apparaissent entre 30 minutes et 3 heures. L’évolution des troubles s’étale sur quelques heures à quelques jours. Ils se manifestent localement sous forme d’œdème, de boiterie, d’hémorragie et de nécrose localisée. La trace des crochets est visible sous forme de parfois un, ou plus souvent deux petits points distants de 0,5 à 1 cm.

Chez le chien, des signes généraux peuvent apparaître : abattement, fièvre, anémie, hémorragies, épistaxis, pétéchies, ictère, diarrhée, vomissements, troubles du rythme cardiaque, convulsions, paralysie, urines foncées voire couleur thé ou café,…

Les morsures aux babines peuvent entrainer des troubles respiratoires. Les complications de CIVD et d’insuffisance rénale sont souvent particulièrement graves.

Dans les formes graves, le pronostic est réservé et un certain nombre de cas sont mortels. C’est donc potentiellement une Urgence vétérinaire vraie.

 

PRINCIPALES CAUSES POSSIBLES

Les accidents se produisent généralement de mars à novembre, période d’activité des vipères. Ils sont plus fréquents au printemps (les vipères sont plus agressives) et à l’automne (période de la chasse). Les vipères sont en général peureuses. Pour entrainer leur fuite, il faut, lors de sa promenade frapper le sol avec un bâton et bien surveiller son chien.

Vipera aspis se trouve au sud d’une ligne Nantes-Nancy, sauf en région méditerranéenne, dans les friches, les bocages, les broussailles, en terrain plutôt sec.

Vipera berus (ou vipère péliade) se trouve au nord de la ligne Nantes-Nancy, dans le Massif central et le Jura, en terrains variés  et parfois humides ou marécageux.

Vipera ursinii (Provence) et Vipera seoanei (Pays basque) sont beaucoup plus rares.

 

QUEL VÉTÉRINAIRE CONTACTER ?

Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié. En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans un service d’urgence est indispensable. En effet, une surveillance vétérinaire prolongée doit être mise en place, un traitement de l’état de choc, des examens complémentaires (biologies, …) sont nécessaires pour dépister des complications de CIVD ou d’insuffisance rénale.

 

HOSPITALISATION

Souvent nécessaire et même indispensable dans les cas graves, chez les chiens de petite taille, les animaux âgés ou malades. Selon la situation, des analyses sanguines permettront d’évaluer l’importance de l’anémie, de mettre en place des perfusions adaptées,…

Mon chien s'est fait mordre par un vipère
Morsure de serpent chez un chien, au niveau du museau

A VOIR AUSSI


  • • Mon chien a joué avec des chenilles processionnaires

    Les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) colonisent les pins dans de nombreuses régions, y compris en Ile de France. En mars-avril, les chenilles descendent des arbres en une longue procession pour aller sʼenfouir dans le sol plusieurs dizaines de mètres plus loin. Les chenilles sont recouvertes de poils extrêmement urticants. Ils se détachent facilement dès que la chenille est inquiétée, libérant une substance très irritante. Surtout, ne jamais toucher les chenilles avec les mains.

  • • Intoxication par le Cannabis chez le chien

    Le cannabis ou chanvre indien est une plante utilisée comme stupéfiant sous différentes formes.

    L’intoxication du chien par le cannabis est due à une ingestion accidentelle de résine (haschich), de feuilles coupées, de « space cake » (gâteau au chocolat contenant du cannabis très tentant pour le chien !), de mégots ou plus rarement une inhalation passive de fumée de cigarettes de marijuana.

    Des cas d’intoxication volontaire sont également rapportés par des consommateurs « s’amusant » à souffler la fumée de leurs joints dans les narines de leur chien.

  • • Intoxication par le laurier rose chez le chien

    Le Laurier rose (Nerium oleander) est un arbuste très présent dans les parcs, jardins, terrasses, … en particulier dans le sud de la France.

    Toute les parties de la plante sont toxiques : feuilles, fleurs, graines, sève et bois. Les circonstances de l’intoxication sont nombreuses.

    Chez le chien, la dose toxique est 3 g de feuilles sèches par kg de poids (environ 2-3 feuilles peuvent tuer un chien de 10 kg).

  • • Intoxication par les raticides chez le chien

    L’intoxication par les raticides (et souricides) est fréquente, en particulier pour les chiens qui ont accès à des endroits fréquentés par les rongeurs : exploitations agricoles, clubs hippiques, remises, greniers, caves, …

    Les appâts sont généralement fait à base de céréales, ce qui les rend appétents pour les chiens.

URGENCES 24h/24 - 7j/7

01 49 85 83 00