Intoxication par le crapaud et la salamandre chez le chat


CONDUITE À TENIR EN URGENCE :

Il existe de très nombreuses espèces de crapaud en France. Les plus communes sont le crapaud commun (Bufo bufo), le crapaud calamite (Bufo calamita) et le crapaud vert (Bufo viridis). Les salamandres peuvent aussi être responsables d’envenimations similaires.

Les crapauds possèdent dans la peau du dos des glandes à venin. Une pression sur le corps du crapaud provoque la libération du venin. Ce venin ne traverse pas la peau et n’est donc pas dangereux si on se contente de prendre le crapaud dans la main. En revanche, s’il est en contact avec les muqueuses, notamment les muqueuses de la gueule du chat, le venin pénètre dans l’organisme et devient dangereux.

Certains têtards de crapaud produisent également du venin.

L’envenimation par les crapauds se produit généralement entre avril et septembre, avec une période plus importante autour des mois de juillet et août. Le crépuscule est un moment propice et qui rend parfois la constatation des faits par le propriétaire difficile.

L’envenimation n’est pas très courante chez le chat. C’est en général en jouant avec le crapaud et en le prenant dans sa gueule que le chat s’envenime.

Un seul crapaud peut être mortel pour un chat.

Retirer le crapaud de la gueule en veillant à ne pas vous faire mordre ou griffer.

Rincer immédiatement la gueule du chat avec de l’eau (ou du bicarbonate de sodium).

En cas de contact avec les yeux, rincer immédiatement avec de l’eau ou du sérum physiologique.

Les glandes à venin des crapauds sont dangereuses pour les chats

GRAVITÉ DE L’INTOXICATION PAR LE CRAPAUD CHEZ LE CHAT :

Urgence vétérinaire vraie ou relative selon la taille du crapaud et celle du chat.

En cas de doute, si des signes cliniques sont présents, … il faut montrer le chat à un vétérinaire.


PRINCIPAUX SYMPTÔMES ET MÉCANISMES D’ACTION CHEZ LE CHAT :

Le venin du crapaud contient diverses molécules toxiques (bufogénines) qui, lors de contact avec la muqueuse de la bouche, pénètrent dans le sang avant d’avoir des effets toxiques sur le cœur et le système nerveux. Le venin, très acide, est également irritant.

Les signes cliniques sont dominés par une hypersalivation importante qui survient immédiatement.

Dans les formes graves des troubles digestifs (vomissements), un abattement, une ataxie, des tremblements, des hallucinations et des convulsions s’installent. Des troubles cardiaques associés sont fréquents.

Au niveau oculaire, le venin peut aussi provoquer une conjonctivite, des ulcères, une uvéite.

Les crapauds sont responsables d’accidents (envenimation) chez le chat
Les crapauds sont responsables d’accidents (envenimation) chez le chat
Les salamandres sont responsables d’accidents (envenimation) chez le chat
Les salamandres sont responsables d’accidents (envenimation) chez le chat

QUEL VÉTÉRINAIRE CONTACTER ?

  • Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié.
  • En son absence, pour ce type d’urgence, et en particulier sur un petit chat, en cas de signes cliniques, … une consultation sans délai dans un service d’urgence est indispensable.

HOSPITALISATION :

L’hospitalisation est souvent nécessaire et même indispensable dans les cas graves. Les signes cardiaques ne peuvent être décelés qu’à l’auscultation ou à l’électrocardiogramme.

A VOIR AUSSI


  • • Intoxication du chat par les plantes et médicaments : Digitale et digitaliques
  • • Intoxication par le Dieffenbachia chez le chat

    Le Dieffenbachia est une plante d’intérieur très courante, de la famille des Aracées. C’est une intoxication très fréquente chez le chat.

    L’intoxication se produit par mâchonnement ou ingestion de feuilles ou de tiges mais aussi par projection de sève dans l’œil.

  • • Mon chat et les fêtes de fin d’année

    Les fêtes de fin d’année exposent votre chien à des risques particuliers : tables bien fournies, décorations des sapins, agitation familiale, …

  • • Intoxication par la nicotine chez le chat

    Il faut avant tout retirer le toxique de l’environnement du chat et le mettre de côté pour le montrer au vétérinaire.

    On peut administrer du charbon activé pour favoriser l’élimination du toxique, mais en faisant très attention, surtout en cas de vomissements, que le chien ne fasse pas une fausse déglutition. S’il présente des troubles neurologiques, il vaut mieux s’abstenir. Dans tous les cas, ne pas prendre le risque de se faire mordre ou griffer.

URGENCES 24h/24 - 7j/7

01 49 85 83 00