Intoxication à l’alphachloralose ou chloralose (raticide, souricide, taupicide, corvicide) chez le chien


CONDUITE A TENIR

L’alphachloralose, également appelée chloralose ou gluco-chloral, est un produit toxique utilisé pour lutter contre de nombreux nuisibles : rats, souris, taupes, corbeaux,… Il se présente généralement sous forme d’appâts prêts à l’emploi ou de poudre concentrée à mélanger avec du blé. Il existe de nombreuses présentations commerciales : Caussade ®, Taupicine ® (dans sa version « récente », depuis l’interdiction de la strychnine).

L’intoxication du chien par des raticides est une intoxication très fréquente, en particulier pour les chiens qui ont accès à des endroits fréquentés par les rongeurs : exploitations agricoles, clubs hippiques, remises, greniers, caves, … En cas d’ingestion de raticides, dans la mesure du possible, prendre l’emballage du produit suspecté pour le montrer au vétérinaire. En effet, il existe de très nombreuses sortes de raticides.

L’intoxication résulte généralement de l’ingestion accidentelle d’appâts. Si l’ingestion est récente (moins de 2 heures) et si l’état du chien le permet, il est conseillé de le faire vomir. Administrer du charbon végétal activé (5 ml/kg par voie orale) pour neutraliser le produit.

En revanche, si des troubles neurologiques sont présents, l’administration de vomitifs est contre-indiquée. Il est important de réchauffer le chien (couverture, bouillottes) pour lutter contre l’hypothermie associée à cette intoxication et de la maintenir au calme le temps de le transférer sans délai chez le vétérinaire.

 

GRAVITE

Urgence vétérinaire vraie. Chez le chien, le pronostic dépend de la dose ingérée et de la rapidité de mise en place du traitement.

 

PRINCIPAUX SYMPTÔMES ET MÉCANISMES D’ACTION

Les signes cliniques apparaissent environ 30 minutes à 1 heure après l’ingestion et évoluent en quelques heures à 24-48 heures. La dose mortelle est de 250 à 500 mg/kg chez le chien.

Chez le chien, les signes cliniques débutent par des troubles de l’équilibre (ataxie) et du comportement. Surviennent ensuite une prostration et un coma avec hyperréflexivité, convulsions intermittentes, trémulations musculaires et tremblements. Des signes associés sont présents : hypersalivation, bradycardie, bradypnée, hypothermie marquée (< 33°C) entrainant la mort.

 

QUEL VETERINAIRE CONTACTER ?

Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié. En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans un service d’urgence est indispensable. En effet, la rapidité d’intervention est importante et une surveillance vétérinaire prolongée doit être mise en place. Un traitement des convulsions, des perfusions intraveineuses, … sont nécessaires.

 

HOSPITALISATION

Il n’existe pas d’antidote spécifique. L’hospitalisation est indispensable pour mettre en place une réanimation médicale adaptée destinée à lutter contre les convulsions, contrôler l’hypothermie, favoriser l’élimination du toxique, …

A VOIR AUSSI


  • • Mon chien s’est fait mordre par une vipère

    Dans la mesure du possible, essayez de reconnaître l’espèce en cause. En France, ce sont uniquement les vipères qui sont venimeuses (Vipera aspis, Vipera berus et, plus rares, Vipera ursinii et Vipera seoanei). Bien évidemment, ne tentez pas de capturer le serpent incriminé. La totalité du venin n’est pas injecté la première fois et la vipère peut mordre de nouveau. Essayez éventuellement d’en prendre une photo.

  • • Intoxication par des rodenticides (raticides) anticoagulants chez le chien

    L’intoxication du chien par des raticides anticoagulants est une intoxication très fréquente, en particulier pour les chiens qui ont accès à des endroits fréquentés par les rongeurs : exploitations agricoles, clubs hippiques, remises, greniers, caves, … En France, c’est la deuxième cause d’intoxication du chien, après les insecticides.

  • • Mon chien a joué avec des chenilles processionnaires

    Les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) colonisent les pins dans de nombreuses régions, y compris en Ile de France. En mars-avril, les chenilles descendent des arbres en une longue procession pour aller sʼenfouir dans le sol plusieurs dizaines de mètres plus loin. Les chenilles sont recouvertes de poils extrêmement urticants. Ils se détachent facilement dès que la chenille est inquiétée, libérant une substance très irritante. Surtout, ne jamais toucher les chenilles avec les mains.

  • • Intoxication par le Dieffenbachia chez le chien

    Le Dieffenbachia est une plante d’intérieur très courante, de la famille des Aracées. C’est une intoxication très fréquente chez le chien.

    L’intoxication se produit par mâchonnement ou ingestion de feuilles ou de tiges mais aussi par projection de sève dans l’œil.

    Retirer les plantes de la gueule du chien en veillant à ne pas se faire mordre, avec des gants de ménage et en se protégeant les yeux. En cas de contamination cutanée, empêcher que le chien se lèche.

URGENCES 24h/24 - 7j/7

01 49 85 83 00