Coup de chaleur chez le chat


CONDUITE À TENIR EN URGENCE :

D’une manière générale, les chats transpirent peu et leur régulation thermique est très dépendante de leur respiration.

Une augmentation importante et prolongée de la température ambiante peut être rapidement responsable d’une incapacité du chat à faire baisser sa température corporelle. On parle d’hyperthermie. Il ne faut pas confondre l’hyperthermie et la fièvre.

Comment reconnaître un coup de chaleur :

  • Les circonstances (chat laissé dans une voiture ou dans tout endroit associé à une chaleur élevée)
  • Un état général rapidement très altéré : agitation, halètement très prononcé, ptyalisme (salivation abondante), chaleur anormale de la tête ou des oreilles, possibilité de troubles digestifs (diarrhée, vomissements). Rapidement les muqueuses et la langue prennent une coloration rouge brique, le chat titube, présente une mydriase (pupilles dilatées). La situation se dégrade alors rapidement vers une cyanose des muqueuses, des convulsions, un coma et la mort.

La température du chat dépasse rapidement 40°C. Au-delà de 41,5°C, des dégâts irréversibles s’installent et le pronostic vital est engagé.

Premiers gestes :

  • Commencer par sortir le chat de l’endroit en cause, le mettre dans une zone ventilée, à l’ombre et fraîche si possible, en faisant attention de ne pas se faire mordre ou griffer si le chat est très agité ou en convulsions.
  • Faire baisser la température en mouillant le chat avec de l’eau fraîche (20-22°C). Ne pas utiliser d’eau glacée (l’eau trop froide provoque une vasoconstriction des vaisseaux et nuit au bon refroidissement du corps).
  • Pulvériser les pattes avec un peu d’alcool (favorise l’évaporation) mais éviter la tête, les plaies éventuelles. Ne le faire que dans un endroit bien ventilé et jamais pendant le transport en voiture.
  • Emmener le chat sans délai dans un service d’urgence vétérinaire, même si son état semble s’améliorer. Pendant le trajet, mettre une serviette mouillée sur le chat. Quand sa température rejoint celle du corps, la retirer et laisser l’évaporation spontanée poursuivre le refroidissement. On peut aussi mettre quelques glaçons dans une poche en tissu sur la serviette, au niveau du ventre ou des aisselles (ne jamais mettre les glaçons directement sur la peau).

GRAVITE DU COUP DE CHALEUR CHEZ LE CHAT :

C’est une urgence vétérinaire vraie et grave. Le pronostic vital est très rapidement engagé.

L’hyperthermie provoque des lésions irréversibles des protéines et une destruction de nombreuses cellules de l’organisme. Il s’ensuit une défaillance généralisée de tous les organes : cœur, système nerveux, foie, …

 

Le pronostic est réservé sur plusieurs jours (4 jours en moyenne). Même si l’état du chat s’améliore rapidement, des lésions (rénales en particulier) peuvent n’apparaître que tardivement.

La prévention du coup de chaleur est essentielle. Ne jamais laisser un chat dans un lieu mal ventilé, chaud ou exposé au soleil, sans eau, … Même entrouvertes, les fenêtres d’une voiture ne permettent pas d’empêcher un coup de chaleur. Il peut survenir en 10 minutes.


PRINCIPALES CAUSES POSSIBLES :

La cause la plus fréquente est le chat enfermé dans une voiture en période chaude. Même avec des fenêtres entrouvertes, la température de l’habitacle peut très rapidement atteindre 45 ou 50°C. En moins de 15 minutes, les premiers signes cliniques apparaissent.

Le coup de chaleur peut aussi être consécutif à une obstruction des voies respiratoires, un exercice violent, des convulsions prolongées, une exposition trop longue d’un chat au soleil sans abri, dans une cage, …

Les chats âgés ou ceux qui souffrent d’insuffisance cardiaque ou respiratoire sont plus sensibles et décompensent plus vite et plus gravement.

Certaines races présentent des prédispositions comme les chats brachycéphales : de par la particularité anatomique de leurs voies respiratoires, ces chats présentent une capacité ventilatoire diminuée, voire très diminuée, ce qui nuit à une bonne régulation thermique, en particulier en période chaude, lors d’efforts, … C’est en particulier le cas pour l’Exotic à poils courts, le Persan.


QUEL VÉTÉRINAIRE CONTACTER ?

  • Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié.
  • En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans un service d’urgence est indispensable.

HOSPITALISATION :

Elle est pratiquement toujours indispensable même si l’état du chat semble s’améliorer. En effet, certaines complications peuvent ne se déclencher que 48 heures après.

Dès sa prise en charge, le chat est placé sous perfusion intraveineuse, oxygénothérapie, des examens complémentaires sont effectués (neurologiques, cardiaques, biologiques, …). Le pronostic peut rester réservé pendant 4 jours.

A VOIR AUSSI


URGENCES 24h/24 - 7j/7

01 49 85 83 00