Retriever de la baie de

Chesapeake

Les maladies et la santé du Retriever de la baie de Chesapeake

Le Retriever de la baie de Chesapeake appartient au groupe VIII : Chiens rapporteurs de gibier, leveurs de gibier et chiens d’eau.

En 2015, le Livre des Origines Français (LOF) n’a enregistré que 5 inscriptions. En France, c’est actuellement une race extrêmement peu commune (255ème place en 2015).

C’est un chien plutôt robuste. La littérature scientifique concernant les prédispositions pathologiques pour cette race est essentiellement nord-américaine.

  • Cancérologie
  • Dermatologie
  • Hématologie et système immunitaire
  • Ophtalmologie
  • Orthopédie – Appareil locomoteur

Cancérologie

Cancérologie : cancers et tumeurs

Mélanome cutané :
Une prédisposition du Chesapeake Bay retriever est rapportée dans une étude, avec un âge moyen de 8,9 ans. (Goldschmidt and Shofer 1992)

Dermatologie

Dermatologie : peau et maladies cutanées

Alopécie du chien adulte :
L’affection est décrite chez le Chesapeake Bay Retriever, entre 5 mois et 4 ans. Une prédisposition familiale est évoquée mais le mode d’hérédité est actuellement inconnu. (Cerundolo et al. 2005)

Alopécie du chien adulte chez un Chesapeake Bay retriever (d’après Cerundolo)

Hématologie et système immunitaire

Hématologie et système immunitaire : maladies du sang, globules rouges, …

Maladie de von Willebrand :
Chez le Chesapeake Bay retriever, on rencontre des formes de type III de la maladie, avec une  transmission autosomale et récessive. (Giger 2003)

Ophtalmologie

Ophtalmologie : maladies des yeux, paupières, …

Atrophie rétinienne progressive généralisée (ARP, GPRA) :
Chez le Chesapeake Bay retriever, une hérédité autosomale récessive est suspectée. Deux formes sont décrites : l’une est détectable entre 8 et 12 mois, l’autre est plus tardive (4 à 7 ans). Une mutation génétique (PRCD) a été identifiée et est détectable par un test (Rubin 1989 ; ACVO Genetics Committee 2007 ; Gelatt 2007 ; Chaudieu et Chahory 2013)

Cataracte :
Chez le Chesapeake Bay retriever, la cataracte héréditaire s’observe généralement entre 6 mois et 2 ans. La forme la plus courante évolue généralement lentement et sans aller jusqu’à une perte totale de la vision. La transmission génétique se fait selon un mode autosomique, dominant, à pénétrance incomplète. (Gelatt et al. 1979 ; Rubin 1989 ; Gelatt and Mackay 2005 ; ACVO Genetics Committee 2007 ; Chaudieu et Chahory 2013)

Dysplasie rétinienne :
Chez le Chesapeake Bay retriever, il existe une forme avec des plis rétiniens qui n’entraine pas obligatoirement de troubles visuels et une forme géographique qui peut être responsable de troubles. Une transmission héréditaire, selon un mode autosomique et  récessif est suspectée. Il est déconseillé de faire reproduire les chiens atteints. (Rubin 1989 ; Chaudieu et Chahory 2013)

Entropion :
Chez le Chesapeake Bay retriever, l’entropion est peu fréquent mais considéré comme probablement héréditaire selon un mode polygénique. Il touche plus volontiers la paupière inférieure à son bord latéral ou dans son entier. (Rubin 1989 ; ACVO Genetics Committee 2007 ; Chaudieu et Chahory 2013)

Kystes de l’iris :
Une prédisposition à des kystes de l’iris est rapportée chez le Chesapeake Bay retriever par certains auteurs, avec un âge moyen de 4 à 6 ans. Ils peuvent se détacher et flotter librement dans la chambre antérieure, sans gène visuelle, sauf s’ils sont trop nombreux. (Rubin 1989, Chaudieu et Chahory 2013)

Kystes de l’iris chez un chien

Orthopédie – Appareil locomoteur

Orthopédie – Appareil locomoteur : maladies des os, des articulations et du squelette, maladies des muscles

Dysplasie de la hanche :
Chez le Chesapeake Bay retriever, l’affection est assez fréquente, avec une prédisposition des mâles castrés. Le Odds ratio par rapport aux chiens de race commune est de 4,4. (LaFond, Breur and Austin 2002)

Ostéochondrose de l’épaule :
Chez le Chesapeake Bay retriever, l’ostéochondrose de l’épaule est assez fréquente avec un Odds ratio par rapport aux races croisées de 7,7. On note une prédisposition des mâles. L’âge moyen d’apparition est de 4-7 mois, parfois plus tard. (LaFond, Breur et Austin 2002)

Panostéite éosinophilique ou énostose :
Chez le Chesapeake Bay retriever, l’affection est assez commune et les jeunes mâles sont plus touchés. Par rapport aux races croisées, le Odds ratio chez le Chesapeake Bay retriever est de 1,8. (LaFond, Breur and Austin 2002)

Radiographie de la patte avant d’un chien atteint de panostéite éosinophilique (ou énostose). L’intérieur de l’os (canal médullaire) apparaît très anormalement « blanc » (flèche). Le chien a présenté brutalement une boiterie de la patte avant.

Rupture des ligaments croisés :
C’est une cause fréquente de boiterie d’un membre postérieur chez le Chesapeake Bay retriever, surtout chez les chiens stérilisés. (Duval et al. 1999)

Le standard du Retriever de la baie de Chesapeake

Tête :
Large et ronde. Crâne large et bombé. Stop moyen, museau court, pointu, lèvres minces, non pendantes.

Yeux :
De grandeur moyenne, très clairs, de couleur jaunâtre.

Oreilles :
Petites, pendent lâchement.

Corps :
De longueur moyenne (pas cob). Cou de longueur moyenne, poitrine profonde, large. Flancs bien relevés, arrière-main au moins aussi haute que les épaules.

Membres :
Musclés, forts, à bonne ossature. Pieds allongés, doigts serrés.

Queue :
De longueur moyenne, variant de 27 à 37 cm. Assez forte à la base, franges permises.

Poil :
Court, inférieur à 3,7 cm épais. Très court, sur la face et les membres. Sous-poil laineux abondant. Son poil et son sous-poil huileux sont pratiquement imperméables.

Robe :
Toute couleur variant du brun foncé à un feu fade ou couleur d’herbe morte, laquelle varie d’une couleur feu à une couleur paille. Une petite tache blanche sur le poitrail et les doigts est permise.

Taille :
Mâle : de 58 à 66 cm
Femelle : de 53 à 61 cm

Poids :
Mâle : de 29 à 34 kg
Femelle : de 25 à 29 kg

Connaître le Retriever de la baie de Chesapeake

Autres noms du Retriever de la baie de Chesapeake
Chesapeake Bay Retriever, Chessie, Retriever de la baie de Chesapeake

Pays d’origine du Retriever de la baie de Chesapeake
Etats Unis

Utilisation du Retriever de la baie de Chesapeake
Chien de chasse

Caractère et aptitude du Retriever de la baie de Chesapeake
Rustique, très résistant, infatigable, courageux et vif, ce chien est un remarquable nageur même dans les eaux glacées. Il est utilisé pour la chasse au canard. Calme, dévoué à son maître, son caractère est rude mais jamais brutal. Il s’avère être un bon gardien.

Conseils d’éducation et de vie du Retriever de la baie de Chesapeake
Son éducation sera très ferme, il lui faut de l’espace et beaucoup d’exercice. Brossage régulier.

Durée de vie du Retriever de la baie de Chesapeake
Médiane : 10,75 ans (Adams et al. 2010)
Durée maximale : 15,67 ans (Adams et al. 2010)

Histoire du Retriever de la baie de Chesapeake
Il s’est développé au nord-est des Etats-Unis, dans la région de la Baie de Chesapeake, dans le Maryland, où il est utilisé pour son travail exceptionnel au marais. Il serait issu du croisement de chiens sauvés d’un naufrage en 1807 sur la côte du Maryland avec des Retrievers à poil bouclé, à poil plat, des chiens de loutre, des Setters et des Chiens d’eau irlandais. Sa première exposition à Baltimore date de 1876. Le premier standard est rédigé en 1890. Un Club a été créé en 1918. Il est rare en Europe malgré sa présence depuis de nombreuses années. Il est  arrivé en France en 1948.

Retour
Contactez-nous

Informations pratiques

Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis

Retour
  • Lun
    9h00 à 19h00
  • Mar
    9h00 à 19h00
  • Merc
    9h00 à 19h00
  • Jeu
    9h00 à 19h00
  • Vend
    9h00 à 19h00
  • Sam
    9h00 à 19h00
  • Dim
    Urgences seulement

Détails d'urgence

Veuillez appeler :

01 49 85 83 00
Retour

Adresse de la clinique

43, avenue Aristide Briand 94110 Arcueil
retrouvez-nous sur Google Maps
Retour

Veuillez appeler ce numéro en cas d'urgence :

01 49 85 83 00