Toxicité médicamenteuse

Toxicité médicamenteuse liée au gène MDR1 (ABCB1) ou hypersensibilité aux avermectines (ivermectine) chez le chien

Qu’est-ce que la toxicité médicamenteuse au gène MDR1 chez le chien ?

Le gène MDR1 chez le chien (Multi Drug Resistance) maintenant appelé (ABCB1) est responsable dans l’organisme de la synthèse d’une protéine, appelée glycoprotéine P.

La glycoprotéine P assure le transport dans l’organisme de nombreuses molécules parmi lesquelles on trouve de nombreux médicaments :

  • Antiparasitaires de la famille des avermectines (ivermectine, sélamectine, doramectine, éprinomectine, abamectine) ou de la famille des milbémycines. Ces molécules sont très utilisées pour lutter en particulier contre les gales, les vers digestifs (ascaris notamment), la démodécie, les puces, la dirofilariose, …
  • Agents anti-tumoraux : doxorubicine, vinblastine, vincristine, …
  • Médicaments agissant sur le cœur : digoxine, diltiazem, …
  • Lopéramide, acépromazine, …

Une mutation du gène MDR1, décrite chez le chien (et d’autres espèces) est responsable d’un déficit en glycoprotéine P. La glycoprotéine P, absente ou anormale, n’est plus en mesure d’assurer son rôle. Il s’ensuit un mauvais métabolisme des molécules impliquées et l’apparition de signes de toxicité.

Les individus homozygotes pour l’allèle mutant sont très exposés.

Les conséquences pour les individus hétérozygotes sont encore mal connues. L’utilisation des molécules impliquées devra donc être très prudente.

Points Importants

  • La mutation du gène MDR1 (ABCB1) est responsable d’une sensibilité accrue de la toxicité de certains médicaments chez le chien
  • Les médicaments les plus souvent en cause sont des antiparasitaires comme les avermectines (ivermectine), le lopéramide, certains anticancéreux, …
  • La mutation génétique est particulièrement fréquente chez le Colley et les races apparentées
  • Il n’existe pas de traitement spécifique. Une réanimation médicale doit être mise en œuvre. Le pronostic est souvent très sérieux.

Prédispositions raciales à la toxicité médicamenteuse au gène MDR1 chez le chien

Chez le chien, des études laissent penser que tous les chiens portant actuellement la mutation partageraient un ancêtre commun qui aurai vécu dans les années 1800 en Grande-Bretagne. Les nombreux croisements fait à cette époque entre les divers chiens de berger expliquerait pourquoi la mutation est particulièrement fréquente chez les colleys et races apparentées.

Ainsi, parmi les races sont considérées comme présentant une prédisposition, on trouve : Berger allemand, Berger blanc suisse, Berger australien, Bobtail, Border collie, Colley, Shetland, Silken windhound,Wäller, Whippet à poils long

Un test génétique permet de dépister les chiens porteurs de la mutation. Un chien hétérozygote ne porte qu’un allèle muté. Il transmettra la mutation à 50 % de sa descendance et il présente un risque modéré d’intoxication médicamenteuse.

Un chien homozygote est porteur de deux allèles mutés. Il transmettra la mutation à tous ses descendants et il présente un fort risque d’intoxication médicamenteuse.

Signes cliniques d’une toxicité médicamenteuse au gène MDR1 chez le chien

Les circonstances d’intoxication aux molécules concernées par la mutation du gène MDR1 sont le plus souvent accidentelles, soit par ingestion d’un médicament laissé à la portée du chien et non destiné à celui-ci, soit dues à l’automédication par les propriétaires.

Les signes cliniques dépendent de la molécule en cause, de la dose, de la race, de l’âge et bien sûr du statut homozygote ou hétérozygote. Ils apparaissent le plus souvent dans les 48 heures qui suivent l’administration. Les principaux symptômes sont :

  • Des troubles du système nerveux central, dominés par des troubles locomoteurs (ataxie, parésie ou paralysie), une dépression du système nerveux central (prostration voire coma), ou une stimulation neuromusculaire (tremblements).
  • Des troubles oculaires : mydriase, cécité/amaurose.
  • Des troubles digestifs avec une hypersalivation, des vomissements, des régurgitations et de l’anorexie.

Les troubles nerveux sont de loin les plus fréquents, suivis par les troubles digestifs.

Comment confirmer le diagnostic de toxicité médicamenteuse au gène MDR1 chez le chien ?

Le diagnostic de suspicion repose avant tout sur la race, les commémoratifs d’administration d’une molécule à risque et les signes cliniques.

Pronostic de la toxicité médicamenteuse au gène MDR1 chez le chien

Le pronostic est variable selon la molécule en cause, la quantité administrée, le statut génétique du chien, …

C’est toujours une situation grave avec un risque élevé de mortalité.

RÉFÉRENCES

Grzegolec E.Toxicité de diverses molécules chez le colley liée au gène MDR1 : étude pharmacogénétique et implications en thérapeutique canine. Thèse Med Vét Lyon 2008 - 118 pages

Retour
Contactez-nous

Informations pratiques

Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis

Retour
  • Lun
    9h00 à 19h00
  • Mar
    9h00 à 19h00
  • Merc
    9h00 à 19h00
  • Jeu
    9h00 à 19h00
  • Vend
    9h00 à 19h00
  • Sam
    9h00 à 19h00
  • Dim
    Urgences seulement

En cas d'urgence

Veuillez appeler :

01 49 85 83 00
Retour

Adresse de la clinique

43, avenue Aristide Briand 94110 Arcueil
retrouvez-nous sur Google Maps
Retour

Veuillez appeler ce numéro en cas d'urgence :

01 49 85 83 00