Nos infos races  >   Chien  >   Golden retriever
Races de chiens : Golden retriever

Les maladies et la santé du Golden retriever

Le Golden retriever appartient au groupe VIII : Chiens rapporteurs de gibier, leveurs de gibier et chiens d’eau.
En 2015, le Livre des Origines Français (LOF) a enregistré 9231 inscriptions, ce qui met la race en 3ème position de la population canine française. On note une progression de 4,59 % par rapport à 2014.
Cette race, très répandue dans le monde a été particulièrement étudiée et les publications scientifiques sont très nombreuses, ce qui n’en fait pas pour autant une race fragile, les Golden retrievers ayant même une longévité supérieure à beaucoup d’autres races.

Cancérologie : cancers et tumeurs

Chondrosarcome
Une prédisposition du Golden retriever aux chondrosarcomes est rapportée par un auteur. Cette tumeur osseuse touche plus souvent les os plats (côtes, os des cavités nasales, du bassin, du crâne, …) (Popovitch et al 1994)

 

Chien Golden retriever souffrant d’un chondrosarcome de la patte avant

 

Fibrome cutané
Le Golden retriever est considéré comme prédisposé au fibrome cutané, avec un âge moyen de 8,4 ans. (Goldschmidt and Shofer 1992 ; Scott, Miller and Griffin 1995 ; Goldschmidt and Mcmanus 2000)

Fibrosarcome
Chez le Golden retriever, une prédisposition aux fibrosarcomes cutanés est rapportée par certains auteurs, en particulier chez les femelles, avec un âge moyen de 8,6 ans (Goldschmidt and Mc Manus 2000, Scott, Miller and Griffin 1995, Goldschmidt and Shofer 1992). Pour les fibrosarcomes de la bouche, les mâles sont plus prédisposés. Pour cette forme buccale, l’âge moyen est de 7,5 ans mais avec tout de même 25 % des cas sur des sujets de moins de 5 ans (Morris and Dobson 2001, Ciekot et al 1994).

Hémangiome cutané
Certains auteurs considèrent le Golden retriever comme une race à risque, avec un âge moyen de 8,7 ans. (Goldschmidt and Shofer 1992 ; Goldschmidt and Mcmanus 2000)

Hémangiosarcome
Le Golden retriever fait partie des races considérées à risque, avec un âge moyen de 10 ans. (Brown, Patnaik and Mac Ewen 1985 ; Pastor 2002)

Hémangiosarcome cutané
Certains auteurs considèrent le Golden retriever comme une race à risque, avec un âge moyen de 9,6 ans. (Goldschmidt and Shofer 1992 ; Goldschmidt and Mcmanus 2000)

Histiocytose ou sarcome histiocytaire
Le Golden retriever est considéré comme une race prédisposée à l’histiocytose disséminée, avec un âge moyen supérieur à 5 ans. (Affolter and Moore 2002 ; Moore, Affolter and Vernau 2006 ; Naranjo et al. 2007 ; Schultz et al. 2007)

Insulinome
C’est une tumeur peu fréquente mais l’incidence de l’insulinome est plus importante chez le Golden retriever que dans d’autres races, et plus particulièrement chez les chiens d’âge moyen ou âgés. (Lorenz 2002)

Lymphome cutané
Le Golden retriever est signalé comme prédisposé au lymphome cutané, avec un âge moyen de 9,6 ans. (Goldschmidt and Shofer 1992)

Lymphome malin ou (lymphosarcome)
Une prédisposition du Golden retriever est rapportée, le plus souvent sur des chiens d’âge moyen (6 à 7 ans). (Duncan et al 2008)

Mastocytome
Une prédisposition du Golden retriever est suspectée par certains auteurs. En Grande-Bretagne, la prévalence est de 1,39 % et le Odds ratio de 6,6 par rapport aux races croisées. Aux USA, le Odds ratio est de 1,96. L’affection est rencontrée plus souvent chez les chiens âgés mais reste possible dès l’âge de 4 mois. Les sites les plus exposés sont les membres postérieurs, le périnée et le scrotum. (Goldschmidt and Shofer 1992 ; Goldschmidt and Mcmanus 2000)

 

Mastocytome (tumeur cutanée fréquente chez le chien)

 

Mélanome
Une prédisposition du Golden retriever est rapportée pour le mélanome cutané (avec un âge moyen de 8,9 ans) et pour le mélanome de la cavité buccale (avec un âge moyen de 11,4 ans). (Goldschmidt and Shofer 1992)

Trichoépithéliome
Le Golden retriever est considéré dans une étude comme un chien à risque, avec un âge moyen de 8,6 ans. Le trichoépithéliome reste néanmoins une tumeur de la peau rare et surtout localisée sur le dos, le tronc ou les membres. (Scott and Anderson 1991 ; Goldschmidt and Mcmanus 2000)

Tumeurs bucco-pharyngées
Dans une étude, le Golden retriever est considéré comme une race prédisposée. (Dorn and Priester 1976)

Tumeurs de la thyroïde
Certains auteurs considèrent le Golden retriever comme une race prédisposée aux tumeurs thyroïdiennes, avec un âge moyen de 10 ans (Brodey and Kelly 1968 ; Michell, Hurov and Troy 1979).

Tumeur des glandes sudoripares
Dans une étude, le Golden retriever est considéré comme un chien prédisposé, avec un âge moyen de 9,1 ans (Kalaher, Anderson and Scott 1990 ; Goldschmidt and Mc Manus 2000).

Tumeur maligne de la gaine nerveuse périphérique (ou MPNST, Neurofibrosarcome, Schwannome malin)
Le Golden retriever est considéré par certains auteurs comme une race de chiens prédisposée au neurofibrosarcome cutané, avec une moyenne d’âge de 9,3 ans. Les membres antérieurs sont plus souvent concernés (Goldschmidt and Shofer 1992 ; Goldschmidt and Mc manus 2000).

Tumeurs primitives du cerveau
Une incidence plus fréquente des tumeurs primitives du cerveau est rapportée chez les chiens de race Golden retriever, en particulier chez les chiens âgés (Snyder et al. 2006).

Cardiologie : cœur et maladies cardiaques

Cardiomyopathie dilatée par carence en taurine
La cardiomyopathie par carence en taurine est une forme particulière et rare de myocardiopathie dilatée puisqu’elle n’a été rapportée que sur cinq Golden retrievers canadiens. Cette forme de cardiomyopathie est due à une carence en taurine (Belanger et al. 2005).

Dysplasie mitrale
Chez le Golden retriever, la dysplasie de la valve mitrale est une malformation congénitale du cœur peu fréquente et une prédisposition de la race est suspectée (Tidholm 1997, Bonagura and Lehmkuhl 1999).

Epanchement péricardique
Le Golden retriever présente un risque relatif d’épanchement péricardique par rapport à la population canine générale nettement augmenté (7,4). L’hémangiosarcome de l’oreillette droite est une cause fréquente d’épanchement péricardique et le Golden retriever y est prédisposé (voir rubrique cancérologie ci-dessus). (Sisson 2002)

 

Echographie cardiaque montrant un épanchement péricardique modéré

 

Sténose aortique
Chez le Golden retriever, le risque relatif par rapport à la population canine générale est de 3,6 à 6,8 sans prédisposition de sexe. Une hérédité autosomale dominante avec des gènes modificateurs ou polygénique est suspectée (Darke 1989 ; Oliveira et al 2011).

Dermatologie : peau et maladies cutanées

Canitie
La canitie peut apparaître chez le jeune Golden retriever (Scott, Miller and Griffin 2001).

Cellulite juvénile canine
Chez le Golden retriever, c’est une maladie familiale probablement héréditaire. Cette maladie de la peau touche généralement les chiots entre 1 et 4 mois (Lemarie 2003).

Dépigmentation de la truffe
Une prédisposition du Golden retriever aux deux formes (« Dudley nose » et « snow nose ») est rapportée (Scott, Miller and Griffin 2001).

Dermatite atopique (ou Atopie)
Une prédisposition du Golden retriever est rapportée, surtout pour les chiens nés pendant l’automne ou l’été. Dans cette race, les signes peuvent apparaître dès l’âge de deux mois. Certains auteurs considèrent que les femelles seraient plus touchées, d’autres non (Scott, Miller and Griffin 2001).

Dermatite de léchage des extrémités (ou granulome de léchage)
Chez le Golden retriever, la dermatite de léchage touche plus les chiens mâles que les femelles. Elle peut survenir à tout âge mais plus souvent après 5 ans (Werner 2004).

Folliculite pyotraumatique
C’est une maladie de la peau assez commune chez le Golden retriever avec un risque relatif, par rapport à la population canine générale, de 2,3. Les jeunes chiens sont prédisposés. (Holm, Rest and Seewald 2004).

Granulome stérile idiopathique et pyogranulome
C’est une maladie de la peau peu fréquente chez le Golden retriever mais, dans une étude, la race est considérée comme prédisposée. Il n’y a pas de prédisposition de sexe ou d’âge (Panich, Scott and Miller 1991).

Hypopigmentation muco-cutanée
Une prédisposition du Golden retriever à cette affection dermatologique est avancée par certains auteurs (Scott, Miller and Griffin 2001).

Ichthyose du chien
C’est une maladie de peau fréquente chez le Golden retriever (30 % des chiens développent des symptômes plus ou moins marqués). Elle touche les très jeunes chiens sans prédisposition de sexe. Elle est héréditaire selon un mode autosomique récessif. Chez le Golden retriever, elle est la conséquence d’une mutation spécifique du gène PNPLA1. Un test de dépistage génétique existe. Dans cette race, l’ichtyose se traduit par des larges squames grisâtres, surtout localisées aux flancs et aux aisselles. Elle est plus rarement généralisée. Il n’y a aucun impact sur la qualité de vie du chien ; il s’agit uniquement d’un aspect anormal (aspect « sale »).
Il n’y a aucun traitement en dehors de shampooings kératomodulateurs réguliers et d’application d’émollients. (Mauldin et al. 2008)

 

Maladie de peau : Ichthyose chez un chien Golden retriever

 

Onychodystrophie lupoïde symétrique
Une sensibilité du Golden retriever à cette maladie des griffes est rapportée, sans prédisposition de sexe et sur des chiens de 3 à 8 ans. (Rosychuk 2002)

Pododermatite
Une prédisposition des Golden retrievers de tout âge, avec une prédisposition des mâles est rapportée. L’affection touche plus souvent les pattes avant. (Scott, Miller and Griffin 2001)

Endocrinologie : Hormones et maladies endocriniennes

Hypothyroïdie
Le Golden retriever est prédisposé à l’hypothyroïdie, en particulier les mâles et les femelles stérilisées. La maladie peut survenir à l’âge de 2-3 ans. (Milne and Hayes 1981 ; Panciera 1994 ; Greco 2002)

Gastro-Entérologie : maladies digestives, intestin, estomac, foie, pancréas, …

Achalasie crico-pharyngienne
Chez le Golden retriever, une origine héréditaire est suspectée. (Davidson et al. 2004 ; Sargan 2004)

Mégaœsophage
Le Golden retriever présente une prédisposition au mégaœsophage acquis. (Gaynor, Shofer and Washabau 1997)

Shunt port-systémique congénital
Les signes cliniques apparaissent le plus souvent avant l’âge de 1 an et, selon une étude, il existe une prédisposition du Golden retriever. Il s’agit le plus souvent de formes intra-hépatiques. (Tobias and Rohrbach 2003 ; Sargan 2004)

Hématologie et système immunitaire : maladies du sang, globules rouges, …

Déficit héréditaire en spectrine
Une population de Golden retriever présentant un déficit en spectrine a été identifiée aux Pays-Bas où il semble important (17%) et héréditaire, sur un mode autosomique dominant (Slappendel et al 2005).

Hémophilie de type A
Une prédisposition familiale est décrite chez le Golden retriever (Brooks 1999).

Maladies infectieuses : bactéries et virus

Blastomycose
Le Golden retriever est considéré comme une race à risque, probablement à cause de son exposition plus élevée aux conditions favorisantes. Les jeunes mâles non stérilisés (2 à 4 ans) sont plus exposés. (Rudmann et al. 1992 ; Arceneaux, Taboada and Hosgood 1998 ; Kerl 2003 ; Crews et al. 2008)

Néphrologie-urologie : maladies urinaires, reins, vessie, …

Dysplasie rénale chez le chien
Chez le Golden retriever, une prédisposition à la dysplasie rénale est rapportée. Cette maladie des reins se manifeste généralement avant l’âge de 3 ans sous forme d’une insuffisance rénale. (Kerlin and Van Vinkle 1995 ; de Morais, DiBartola and Chew 1996)

Hématurie rénale idiopathique
Cette affection a été décrite chez le Golden retriever avec un âge médian de 48 mois. Le mode de transmission de cette affection est inconnu. (Ben Oz 2014)

 

Cystoscopie sur un chien présentant une hématurie rénale idiopathique

 

Uretères ectopiques
Le Golden retriever est une race prédisposée à cette malformation congénitale qui reste assez rare, et est plus fréquemment diagnostiquée chez les jeunes femelles (moins de 1 an). (Holt ans Moore 1995 ; Cannizzo et al. 2003 ; Berent et al. 2008)

Urolithiase (ou lithiase urinaire, ou calculs urinaires)
Chez le Golden retriever, une prédisposition aux calculs de silice est rapportée dans une étude avec une prédisposition des mâles et un âge moyen de 5,8 ans. (Osborne et al. 1999)

Neurologie : maladies nerveuses, cerveau et nerfs

Axonopathie centrale
Chez le Golden retriever, une forme affectant les jeunes chiots est décrite. (Jaderlund et al. 2007)

Epilepsie idiopathique (épilepsie essentielle)
Chez le Golden retriever, une origine génétique est invoquée. La maladie survient entre 6 mois et 6 ans et n’est pas exceptionnelle. (Thomas 2003)

Neuropathie sensorielle (ou Axonopathie progressive)
En Suède, chez le Golden retriever, une forme de neuropathie sensorielle a été décrite en 2007. Elle apparaît de façon insidieuse chez les chiots entre 2 et 8 mois. Une origine héréditaire est suspectée. (Jaderlund et al. 2007)

Syndrome de Claude Bernard Horner
Le Golden retriever est considéré comme prédisposé à une forme idiopathique. (Boydell 1995)

 

Chien atteint d’un syndrome de Claude Bernard Horner idiopathique avec ptose de la paupière (flèche jaune), procidence de la 3ème paupière (flèche verte) et myosis (flèche rouge)

 

Ophtalmologie : maladies des yeux, paupières, …

Anomalies oculaires multiples
Chez le Golden retriever, une origine héréditaire est suspectée. Les anomalies rencontrées peuvent être une cataracte, un décollement de la rétine et une microphtalmie.

Atrésie des points lacrymaux
Cette malformation oculaire congénitale est décrite chez le Golden retriever. (Barnett 1979, Gelatt 2007)

Atrophie rétinienne progressive généralisée (ARP, GPRA)
Chez le Golden retriever, une hérédité autosomale récessive est suspectée. Deux formes sont décrites : l’une survient dans les deux premières années de vie, l’autre est plus tardive (après 5-7 ans). (Rubin 1989 ; Bedford 2001 ; ACVO Genetics Committee 2007)

Cataracte
Chez le Golden retriever, une forme apparaissant entre 6 et 18 mois, non évolutive ou d’évolution lente est décrite, avec une suspicion d’hérédité sur un mode dominant à pénétrance incomplète. Une forme congénitale, probablement héréditaire, est également décrite dans cette race. (Curtis and Barnett 1989 ; Rubin 1989 ; Gelatt and Mackay 2005 ; ACVO Genetics Committee 2007)

Distichiasis
C’est une affection assez commune chez le Golden retriever pour lequel une prédisposition est rapportée.

Dysplasie rétinienne
Chez le Golden retriever, deux formes sont décrites. La forme géographique semble héréditaire. La forme multifocale est congénitale avec une suspicion d’hérédité autosomale récessive. (Holle et al. 1999 ; Long and Crispin 1999 ; ACVO Genetics Committe 2007)

Dystrophie de l'épithélium pigmentaire de la rétine(anciennement atrophie rétinienne progressive centrale ou CPRA)
Chez le Golden retriever, une transmission héréditaire autosomale dominante à pénétrance incomplète est suspectée. Cette maladie de l’œil est plus fréquente aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne mais son incidence a pu être diminuée grâce à la mise en place de programmes de dépistage. Les premiers signes sont observés sur des chiens de 3 ans et les troubles de la vision apparaissent vers 5 à 7 ans. (Rubin 1989 ; Bedford 2001 ; ACVO Genetics Committee 2007)

Ectropion
Chez le Golden retriever, une prédisposition à un ectropion modéré qui disparaît généralement avec la croissance est rapportée. (Rubin 1989)

Entropion
Chez le Golden retriever, une prédisposition à un entropion de l’angle externe des paupières inférieures est rapporté et une origine héréditaire polygénique est suspectée. (Rubin 1989 ; ACVO Genetics Committee 2007)

Glaucome
Chez le Golden retriever, on trouve des glaucomes primaires d’origine probablement héréditaire ainsi que des glaucomes secondaires à des uvéites pigmentaires ou des kystes de l’uvée. (Deehr 1998 ; Sapienza et al. 2000 ; ACVO Genetics Committee 2007)

Kystes de l’iris et de l’uvée
Une prédisposition du Golden retriever est rapportée avec un âge moyen de 7 ans. Dans une étude, 34,8 % des chiens du nord-est des USA présentent des kystes uvéaux. Dans cette race de chiens, ces kystes sont souvent associés à une pathologie inflammatoire, l’uvéite pigmentaire. Celle-ci peut avoir un impact sur le pronostic visuel, en raison d’un taux de complication élevé de glaucome secondaire, entre autres séquelles. (Rubin 1989, Corcoran and Koch 1993, Deehr 1998,Sapienza et al 2000, ; Townsend 2013)

Mélanome oculaire
Le Golden retriever est considéré par certains auteurs comme une race à risque avec semble-t-il deux types de populations : des cas sur des sujets de 3 à 4 ans et d’autres sur des chiens de 7 à 10 ans (Donaldson et al 2006).

Pseudo-œdème de la papille
Chez le Golden retriever, c’est une particularité de l’œil congénitale (Rubin 1989).

Syndrome de la « poche du canthus médial »
Chez le Golden retriever, une prédisposition due à la forme de la tête est rapportée (Rubin 1989).

Uvéite pigmentaire
Le Golden retriever est une race prédisposée à l’uvéite pigmentaire. Elle est souvent associée à des kystes irido-ciliaires (parfois appelés kystes de l’uvée. (Sapienza et al. 2000 ; ACVO Genetics Committee 2007 ; Gelatt 2007)

 

Uvéite pigmentaire chez un chien Golden retriever

 

Orthopédie – Appareil locomoteur : maladies des os, des articulations et du squelette, maladies des muscles

Dysplasie de la hanche
Chez le Golden retriever, l’affection est assez fréquente, avec une prédisposition des mâles castrés. Le Odds ratio par rapport aux chiens de race commune est de 2,70. (Witsberger et al. 2008)

Dysplasie du coude
Chez le Golden retriever, c’est une cause fréquente de boiterie de la patte avant du jeune chien. Les formes les plus communes dans cette race sont les atteintes et la fragmentation du processus coronoïde médial. L’ostéochondrite et la fragmentation du processus coronoïde médial sont héréditaires dans cette race, mais de façon indépendante l’une de l’autre, selon un mode polygénique. (Robins and Innes 2006)

Myopathie dystrophique héréditaire liée au chromosome X
La myopathie dystrophique héréditaire liée au chromosome X est décrite chez le Golden retriever. Elle est la conséquence d’une mutation sur le gène codant pour la dystrophine (mutation d’un acide aminé au niveau du site d’épissage de l’extrémité 3’ de l’intron 6 du gène résultant en l’élimination de l’exon et de l’apparition prématurée d’un codon stop au niveau de l’exon 8). Elle est parfois associée à des troubles cardiaques. Un test génétique existe. (Cooper et al. 1988 ; Sharp et al 1992 ; Kornegay et al 1988 ; Valentine et al 1988 ; Cornut 2004)

Ostéochondrose
Chez le Golden retriever, une prédisposition à l’ostéochondrose de l’épaule est rapportée avec un Odds ratio par rapport aux races croisées de 12,6. On note une prédisposition des mâles avec sexe ratio mâles/femelles de 2,41 pour 1. Cette maladie articulaire est bilatérale dans 50 % des cas et l’âge moyen d’apparition est de 4-7 mois, parfois plus tard. (LaFond et al. 2002 ; Butterworth and Cook 2006)
L’articulation du grasset est également concernée par l’ostéochondrose, avec un Odds ratio par rapport aux races croisées de 3,9. Les mâles sont plus touchés et l’âge moyen est de 5-12 mois, parfois plus tôt. (LaFond et al. 2002)

Ostéopathie métaphysaire ou ostéodystrophie hypertrophiante
Chez le Golden retriever, cette maladie de l’os touche les jeunes chiens (2 à 6 mois), avec une possible prédisposition des mâles. Par rapport à une population de chiens de races croisées, le Odds ratio pour le Golden retriever est de 5,4. (LaFond, Breur and Austin 2002)

Pneumologie : maladies de l’appareil respiratoire, poumon, trachée et bronches, gorge et larynx,…

Kyste dermoïde nasal
Le Golden retriever est une race prédisposée à cette affection congénitale peu courante (Anderson and White 2002).

Reproduction : maladie de l’utérus et des ovaires, testicules et prostate

Pyomètre
Certains auteurs considèrent le Golden retriever comme une race prédisposée au pyomètre. L’affection touche les femelles non stérilisées avec un âge moyen de 7,25 ans (Chastaing, Panciera ans Waters 1999, Egenwall et al 2001, Smith 2006).

Le standard du Golden retriever

Tête
Son crâne est large avec un stop bien marqué, un museau puissant, une truffe noire et des mâchoires fortes.

Yeux
Ses yeux sont écartés, marron foncé avec le bord des paupières foncé.

Oreilles
Elles sont de taille moyenne et attachées à peu près au niveau des yeux.

Corps
Il est puissant, bien équilibré, avec une poitrine bien descendue, des côtes cintrées, un cou de bonne longueur, net et musclé, un rein court et fort.

Membres
Avec une bonne ossature, ils sont musclés avec des pieds ronds.

Queue
Elle est portée au niveau du dos et atteint le jarret mais ne s’enroule pas à l’extrémité.

Poil
Plat ou ondulé avec de bonnes franges. Le sous- poil est serré et imperméable

Robe
Elle doit être or ou crème mais ni rouge ni acajou. On admet la présence de quelques poils blancs, uniquement au poitrail.

Taille
Le mâle : de 56 à 61 cm
La femelle : de 51 à 56 cm

Poids
Le mâle : de 29 à 31,5 kg
La femelle : de 25 à 27 kg

 

Connaître le Golden retriever

Autres noms du Golden retriever
Golden Flat-coat, Retriever doré

Pays d’origine du Golden retriever
Grande-Bretagne

Utilisation du Golden retriever
C’est un chien vigoureux, résistant, actif, avec un excellent flair . C’est un chien de chasse qui travaille à l’eau comme au fourré. S’il est considéré comme moins méthodique que le Labrador, c’est néanmoins un pisteur tenace qui a aussi une mémoire remarquable. C’est aussi un chien d’utilité - chien guide d’aveugle, de catastrophe, de recherche de drogue - et aussi chien de compagnie.

Caractère et aptitude du Golden retriever
Il est dépourvu d’agressivité, il aboie peu. Très doux sensible, calme, équilibré, c’est un chien très apprécié. Son éducation doit être à la fois ferme mais douce.

 

Conseils d’éducation et de vie du Golden retriever
Il n’est pas adapté à la vie en appartement car il a besoin de beaucoup d’exercice. Il n’aime pas la solitude. Un ou deux brossages par semaine sont à prévoir et un étrillage en période de mue.

Durée de vie du Golden retriever
Médiane :  12,25 ans
Durée maximale : 17,25 ans

Histoire du Golden retriever
Cette race est probablement issue de la même souche que le Labrador et aurait été améliorée par divers croisements (Retriever à poil plat jaune venant de Terre Neuve avec des Spaniels d’eau d’Ecosse …). La race a été fixée en Angleterre au XIX ème siècle. Pour d’autres auteurs, des chiens de berger du Caucase jaunes auraient été utilisés en Ecosse, pour rapporter le gibier blessé, sous le nom de Russian Yellow Retrievers. Ils auraient été croisés avec des Bloodhound pour donner naissance au Golden Retriever. La race a été reconnue en 1913 par le Kennel Club. Aux Etats-Unis, c’est un animal de compagnie très répandu. Le Golden retriever était pratiquement inconnu en France au début des années 1980. Il est en très nette progression en tant que chien de compagnie.

 
 
CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis