L’échographie

Qu’est ce qu’une échographie chez le chien et le chat ?

L’échographie chez le chien et le chat utilise les ultrasons. La sonde placée sur la région d‘intérêt émet et reçoit des ultrasons. Ces ultrasons, au cours de leur déplacement rencontrent des tissus (interfaces), ils sont réfléchis, transmis ou absorbés. A l’écran, il se forme alors une image des interfaces des tissus rencontrés en profondeur. En fonction des tissus traversés l’image apparaîtra plus ou moins grise (on parle de niveau de gris). Les liquides purs apparaissent noirs car il ne renvoient pas d’ultrasons et ne participent donc pas à la formation de l’image. On parle d’image anéchogène. Un liquide avec un contenu cellulaire protéique ou autre, présente de discrets échos.

Les structures tissulaires molles apparaissent plus ou moins echogènes (hypoéchogène plutôt noir et hyperéchogène plutôt blanc).

Les structures osseuses présentent une interface très réfléchissante à l’origine d’une forte réflexion et donc leur interface apparaît fortement échogène (hyperéchogène), peu d’ultrasons les traversent donc un cône d’ombre s’observe en partie distale.

Le gaz apparaît aussi comme une interface hyperéchogène à l’origine de multiples petits échos parallèles dans le champ profond.

Quels sont les champs d’applications de l’échographie chez le chien et le chat ?

Abdomen, Thorax (cardiaque et non cardiaque), Orthopédie, Superficiel, Ophtalmologie

Comment se réalise une échographie chez le chien et le chat ?

En médecine vétérinaire, une échographie se réalise la plupart du temps sur animaux vigiles. Il est parfois nécessaire de tranquiliser/sédater l’animal afin d’avoir une bonne contention du patient. Enfin certain sujets, chien agité, chat difficile… nécessitent une anesthésie courte mais générale.

En revanche lors de  prélèvements échoguidés, il est fréquemment nécessaire d’avoir recours à une tranquillisation, comme pour des cytoponctions, voire une anesthésie pour des biopsies.

En général lors d’examen abdominal, il est préférable de laisser l’animal à jeun (12 h avant l’examen). L’animal est couché sur le dos. Des coussins de contention peuvent être utilisés pour le confort de l’animal, leur inclinaison permet aussi de faire « descendre » les organes dans la cavité abdominale. L’animal peut être aussi couché sur un coté puis un autre. Lors d’examen thoracique l’animal est debout ou couché sur un des deux cotés.

Lors d’examen superficiel, la positon est adaptée à la région étudiée, par exemple sur le dos pour le cou, sur le coté pour l’examen d’un membre…

Lors d’examen oculaire l’animal est debout ou couché sur le coté opposé à celui examiné.

La région d’intérêt (ex : abdomen) est tondu car le poil gène la pénétration des ultrasons L’examen dure en général entre 10 et 30 minutes.

NB : il est toujours préférable de laisser l’animal à jeun avant tout examen si ce dernier nécessite une tranquillisation ou une anesthésie.

 

Quand réaliser une échographie chez le chat et le chien ?

  • Échographie oculaire et retro bulbaire

Cataracte, décollement de rétine, corps étranger, tumeur intra oculaire
Masse retro bulbaire, recherche corps étranger

  • Échographie superficielle

En Orthopédie :
Musculo-tendineuse : épaule (tendinite biceps, supra et infra-épineux, grasset, tendon d’achille…)
Lésion osseuse : ostéomyélite, tumeur osseuse

En Neurologie :
Tumeur des nerfs périphériques

En Médecine interne :
Glandes salivaires, nœuds lymphatiques, thyroïdes, parathyroïdes (hypercalcémie)

En Chirurgie des tissus mous :
Masse cutanée et sous cutanée ; hernie inguinale, abdominale et périnéale ; trajet fistuleux et recherche de corps étranger ; sialocoele ; abcès / masse en région cervico-mandibulaires ; masse thyroïdienne, corps étranger pharyngiens…

  • Echographie abdominale

Foie : lors d’ictère, diarrhée, vomissements,  troubles neurologiques…

Rate : lors d’anémie, de suspicion de tumeur, de torsion…

Reins : lors de suspicion d’insuffisance rénale, de tumeur, de kystes…

Surrénales : hyperplasie, tumeur ou lors de polyuro-polydipsie, alopécie, polyphagie…

Appareil digestif et annexes : corps étranger et obstruction digestive, tumeur, maladie inflammatoire chronique, lymphangiectasie, pancréatite

Appareil urinaire : lors d’hématurie, dysurie, strangurie, pollakyurie, incontinence, insuffisance rénale. Lors de suspicion de calculs, tumeur, cystite, malformation congénitale…

Appareil génital : lors d’écoulement, de chaleurs silencieuses ou trop rapprochées, d’hématurie intermictionelle, de constipation, d’hyperthermie, de polyuro-polydipsie ou de suspicion de pyomètre, gestation, tumeur, kystes ovariens, syndrome prostatique…

  • Echographie cardiaque

Lors de souffle, de fatigue, de toux

  • Echographie thoracique non cardiaque

Lors de masse intrathoracique : pulmonaire, mediastinale ou extrapleurale
Lors d’épanchement pleural
Lors de lésions pulmonaires (alvéolaires) périphériques marquées

Qu’est ce qu’une échographie interventionnelle chez le chien et le chat et quand la réaliser?

Une échographie interventionnelle chez le chien et le chat est synonyme d’interventions ou gestes échoguidés.

L’échographie permet l’identification et la localisation de nombreuses lésions.  Toutefois certaines lésions ne sont pas spécifiques d’une pathologie. Le diagnostic de certitude se fait alors par la réalisation d’un examen cytologique et/ou histologique du tissu concerné. L’échographie joue alors un rôle important d’assistant aux prélèvements de ces lésions. Il est ainsi facile de ponctionner ces lésions ou de les biopsier en visualisant précisément le trajet de l’aiguille

Par ailleurs lors de la découverte de liquide (épanchement pleural, ascite, hémoabdomen…) ou de cavités liquidiennes (abcès, kyste, tumeur nécrotique), le diagnostic nécessite leur ponction afin d’en connaître la nature et le traitement se réalise parfois par leur drainage. Enfin, certaines lésions peuvent être traitées localement en réalisant l’injection d’agents physiques ou chimiques à des fins thérapeutiques. Tous ces gestes peuvent  se réaliser par l’utilisation d’aiguille, sous contrôle échographique (ou échoguidée).

Un examen échographique complet est nécessaire avant toute intervention. L’envahissement, la taille, la structure et l’accessibilité de la lésion de l’organe doivent être évalués.

Grace à la réalisation des ces actes, la sensibilité de l’examen échographique est augmenter, le diagnostic est plus précis et parfois le traitement est effectué.

Comment se réalise une échographie interventionnelle chez le chien et le chat ?

Une sédation ou une anesthésie générale sont parfois nécessaires, mais ne sont pas indispensables pour un simple prélèvement à l’aiguille fine si l’animal est suffisamment coopératif. Cependant, une sédation forte, voire une anesthésie générale sont préférables lors de risque élevé de saignement, de lacération ou lors de ponction d’une lésion de petite taille ou difficilement accessible.

Lors de biopsies échoguidées, l’animal est toujours sous anesthésie générale. Au préalable une prise de sang est effectuée afin de contrôler l’hémostase.

La zone de prélèvement est soigneusement nettoyée et désinfectée chirurgicalement (alcool et solutions iodées). La désinfection est effectuée sur une surface large autour du site de prélèvement  lors de biopsies échoguidées.

Les prélèvements peuvent se réaliser avec ou sans guide en fonction de l’expérience et du confort de l’opérateur. Lors de prélèvement sans guide, l’opérateur tient la sonde dans une main et l’aiguille dans l’autre, en maintenant l’aiguille dans le plan de coupe. Lors de prélèvements avec guide, l’aiguille se trouve obligatoirement dans le plan de coupe ultrasonore et sa visualisation est aisée. Son trajet est prédéfini, ce qui assure le prélèvement d’une lésion avec une grande précision.

Pour les cytoponctions, une aiguille fine de 23 à 21 G placée au bout d’une seringue est introduite sous contrôle échographique dans la lésion et/ou l’organe cibles. La technique consiste à faire des mouvements de va et vient dans la lésion et/ou une aspiration avec le piston de la seringue.

Lors de biopsies, un pistolet, automatique ou manuel, est utilisé avec des aiguilles en général de 18 G. La longueur de prélèvement varie selon les modèles (11, 15, 22 mm) ; ce qui implique d’adapter le choix de l’aiguille à la lésion et/ou l’organe prélevés.

RÉFÉRENCES

E.Gomes, D.Begon, C.Maurey, A.Hidalgo. Intérêt de l’échographie dans le diagnostic des ectopies urétérales. AFVAC CNVSPA Paris 2007

E.Gomes, D.Begon, J.Besso, F.Stambouli. Intérêt de l’échographie et des cytoponctions dans le diagnostic des tumeurs osseuses à propos de 11 cas. AFVAC CNVSPA Paris 2007

Gomes E, Polack B, Begon D Ultrasound-guided fine needle aspiration in the diagnosis of Angiostrongylus Vasorum infection in dogs EAVDI 2008 – Svolvaer

E.Gomes, D.Begon, J.Besso, F.Stambouli. Intérêt de l’échographie et des cytoponctions dans le diagnostic des tumeurs osseuses à propos de 11 cas. AFVAC CNVSPA Paris 2007

Retour

Informations pratiques

Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis

Retour
  • Lun
    9h00 à 19h00
  • Mar
    9h00 à 19h00
  • Merc
    9h00 à 19h00
  • Jeu
    9h00 à 19h00
  • Vend
    9h00 à 19h00
  • Sam
    9h00 à 19h00
  • Dim
    Urgences seulement

En cas d'urgence

Veuillez appeler :

01 49 85 83 00
Retour

Adresse de la clinique

43, avenue Aristide Briand 94110 Arcueil
retrouvez-nous sur Google Maps
Retour

Veuillez appeler ce numéro en cas d'urgence :

01 49 85 83 00